Immigration choisie

23 juillet 2013 11:53; Act: 23.07.2013 12:28 Print

L'Allemagne est en manque de main-​​d'œuvre

Pour la première fois, la plus grande économie de l'Union Européenne a publié lundi une liste regroupant 18 secteurs, à la recherche de personnel.

storybild

Sur un site intitulé «Make it in Germany», les ministères de l'Économie et du Travail, informent des possibilités de travail. (photo: Make it in Germany)

Sur ce sujet

Du plombier à l'infirmier en passant par le conducteur de train, l'aide-soignant en maison de retraite ou le technicien spécialiste en mécanique: telles sont les professions que pourront exercer des immigrés non européens s'ils le veulent. Après avoir facilité l'an dernier l'obtention d'un titre de séjour pour les personnels hautement qualifiés, Berlin veut désormais permettre à des professions intermédiaires de s'installer plus aisément en Allemagne.

La condition d'entrée pour les étrangers intéressés sera de présenter un diplôme professionnel dans les domaines listés. Jusqu'ici, l'Allemagne passait par des accords bilatéraux entre Agences pour l'emploi, quand elle avait besoin d'un certain type de personnel, a précisé un porte-parole du ministère de l'Économie. C'était notamment le cas pour du personnel soignant en provenance des Philippines ou de Croatie, a-t-il dit. «C'est une petite révolution car pour la première fois l'Allemagne s'ouvre réellement à du personnel moyennement qualifié», a déclaré Thomas Liebig, économiste de l'OCDE.

Problème démographique

Selon une étude de cette organisation présentée en février dernier, «l'Allemagne était l'un des pays de l'OCDE avec le moins de barrières à l'immigration de travailleurs hautement qualifiés», tout de même derrière le Luxembourg (au premier rang), la Belgique ou encore l'Autriche. Mais la donne change pour les travailleurs sans diplôme universitaire. En particulier, relevait alors l'OCDE, l'Allemagne accueillait chaque année environ 25 000 travailleurs immigrés venus de pays hors Union européenne et hors Association européenne de libre-échange, ce qui représentait environ 0,02% de la population.

L'Allemagne, plus vieux pays d'Europe avec une natalité en berne et 42% de la population âgée de plus de 50 ans, prend peu à peu conscience de l'urgence de la situation. Même si elle fait travailler les personnes âgées plus longtemps, l'Allemagne accepte désormais l'immigration comme l'une des solutions à son problème démographique. On est loin d'un fameux slogan électoral controversé d'un des caciques du parti chrétien-démocrate, Jürgen Rüttgers, qui appelait en 2000 les Allemands à faire plus d'enfants, plutôt que d'embaucher des informaticiens indiens.

Les Allemands partent travailler ailleurs

L'Allemagne ouvre désormais ses bras, et pas seulement aux travailleurs des pays européens en crise ou d'Europe de l'Est. Sur un site intitulé Make it in Germany, les ministères de l'Économie et du Travail, ainsi que l'Agence pour l'emploi, informent en anglais et en allemand des possibilités de travail, avec en photo une Africaine ou un Asiatique. Ce sont notamment les PME, épines dorsales de l'économie allemande, qui commencent à manquer de main-d’œuvre, comme le montre la liste de métiers publiée lundi, où l'on souligne le manque d'électroniciens.

La langue allemande reste cependant un obstacle, la plupart des candidats à l'immigration ne la maîtrisant pas encore quand ils arrivent dans le pays. Selon Karl Brenke, économiste de l'institut berlinois DIW, cette politique d'ouverture cache en réalité une nouvelle pression sur les salaires. «Il n'y a pas de pénurie de main-d’œuvre en Allemagne», a-t-il affirmé, citant «le personnel médical allemand qui préfère exercer en Scandinavie ou en Suisse où les salaires et les conditions de travail sont meilleurs».

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Odin le 23.07.2013 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    les anciens pays riches deviennent pauvres.....

  • Guy le 23.07.2013 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    n'ayant pas de salaire minimum comme nous , ils se permettent de venir casser les prix pour les soumissions publiques ici. l'arroseur arrosé ?? bien..... bientôt on ira chez eux travailler à notre prix....

  • Sniff ?! le 23.07.2013 15:09 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas supporter les cris d'enfants dans les cours d'école va avoir un gout amer quand il faudra se faire soigner par du personnel ne métrisant pas trop la langue. L'égoisme va être confronté à ses excès.

Les derniers commentaires

  • Non au Ali Baba le 23.07.2013 20:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il a du monde a recherche de travail, il faut donne du travail en premier lieu au européennes sans emploie, Grecques, Portugais, Espagnols et etc.....

  • Fin de règne le 23.07.2013 19:09 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays où les gens on une tirelire à la place du cerveau et où on considère que les enfants coûtent de l'argent il n'y a rien à faire. Ces vieux grigous qui recyclent leurs déchets pour ne rien gaspiller mais sont incapables de faire confiance à l'avenir ! Le vrai pays sclérosé de ce continent c'est l’Allemagne et ses pays satellites germaniques

  • Dolce Cabane le 23.07.2013 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    En effet, il faut beaucoup de courage pour aller vivre dans un pays où les habitants n'ont plus les moyens de s'habiller décemment. Vivre en short avec des chaussettes et des tongs c'est quand même très très décadent ...

  • Perspective alléchante le 23.07.2013 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Toi aussi va travailler dans un pays sans smic pour un mini job ou un stage sans sécurité, dans un pays triste et moche tu ira manger des saucisses devant un match de foot dans des bars avec une déco Ikea. Tu pourras faire un travail dont les allemands ne veulent pas. Super

  • Guy le 23.07.2013 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    n'ayant pas de salaire minimum comme nous , ils se permettent de venir casser les prix pour les soumissions publiques ici. l'arroseur arrosé ?? bien..... bientôt on ira chez eux travailler à notre prix....