Fraude bancaire

30 janvier 2012 13:53; Act: 30.01.2012 14:12 Print

Le trader d'UBS décide de plaider non coupable

Kweku Adoboli a défendu lundi son innocence dans la fraude ayant coûté 1,7 milliard d'euros à la banque suisse. Une décision qui ouvre la voie à un procès à l'automne.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Le juge Alistair McCreath a fixé au 3 septembre la date préliminaire pour l'ouverture du procès, lors de l'audience devant la Cour de justice de Southwark (Londres). Le trader, vêtu d'un costume gris et d'une cravate bleu sombre, a pris la parole uniquement pour plaider non coupable pour les charges de fraude et faute comptable retenues contre lui, et pour remercier le juge. Il prenait studieusement des notes à l'audience.

Fils d'un ancien fonctionnaire des Nations unies à la retraite, Kweku Adoboli, 31 ans, travaillait sur des produits financiers complexes chez UBS, à Londres. Il avait fait un parcours sans faute au sein d'UBS, où il était entré en 2006 et travaillait au département des ETF («Exchange Traded Funds», montages financiers adossés à l'évolution d'un indice boursier) au sein de la division banque d'investissement d'UBS. Il a été arrêté le 15 septembre 2011, à Londres.

Le directeur général d'UBS, Sergio Ermotti, avait indiqué en novembre que la banque s'engageait à «faire la lumière sur les causes» de la perte colossale, qu'elle n'avait pas été en mesure de détecter. Kweku Abodoli est inculpé pour des agissements qui ont commencé en 2008 et auraient perduré jusqu'à la veille de son arrestation. Sa dernière comparution remonte au 20 décembre 2011. Le juge avait alors accepté de reporter l'affaire, à la demande de la défense qui souhaitait davantage de temps pour examiner des documents. M. Adoboli a fait appel à un cabinet spécialisé dans les cas de fraude pour sa défense.

(L'essentiel Online/AFP)