Économie

07 mai 2015 07:30; Act: 07.05.2015 14:05 Print

Le Groupe Steffen investit 2,8 millions à Niederkorn

NIEDERKORN - Pour regrouper l'ensemble de ses services et salariés, le Groupe Steffen s'est construit sa manufacture.

storybild

Frank Steffen développe son groupe avec l'appui de son fils, Tom.

  • par e-mail
op Däitsch

Pouvoir faire cohabiter ensemble production, innovation, sécurité alimentaire et administration, c'est l'ambition du Groupe Steffen, qui investira 2,8 millions d'euros dans la zone Haneboesch II, à Niederkorn.

«Aujourd'hui, nous sommes localisés sur plusieurs sites, dont Steinfort, là où tout a commencé il y a 25 ans. Fin 2017, nous n'aurons plus qu'un site, celui de Niederkorn, avec un hall de stockage de 2 000 m² déjà construit, un hall de production de 3 000 m² et un bâtiment administratif de 1 200 m² tous les deux en cours de construction», dit Frank Steffen (53 ans), maître boucher de formation et entrepreneur dans l'âme.

Son tout premier employé, José Sousa Ricacho, est son plus fidèle ami tout en étant son directeur de production. «Nous étions environ 80 en 2009, nous sommes aujourd'hui 148. Je rêvais d'une boucherie, peut-être d'une seconde. Avec l'aide de tous mes collaborateurs, je suis en train de bâtir un groupe», explique ce patron atypique, volontaire et déterminé.

«C'est ma Dream Team», dit-il, les yeux pétillants et rêveurs. Avec un chiffre d'affaires consolidé de 17,4 millions en 2014, le Groupe Steffen se développe. Continuer de grandir en offrant une qualité exemplaire, c'est un engagement, un combat de tous les instants.

Maison Steffen (cinq boucheries dans le pays), Steffen salaison, Steffen Traiteur, Guerilla Food et La Table de Frank (restaurant à Steinfort), le patron est partout. Mais son cœur bat un peu plus fort pour le jambon Lisanto. Lisanto pour Lisa, Anne et Tom, ses trois grands enfants.

(Denis Berche)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mich L le 07.05.2015 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    c'est un homme de coeur.

  • Vindulux le 07.05.2015 12:46 Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour nos boulangers ce ne sont plus des artisans mais des industriels. Et ni le patron, ni ses bouchers ne savent ce qu'ont mangés les animaux avant l'abattoir ni comment ils ont vécus. C'est beau pour les yeux, mais pour notre santé et le bien être des animaux ou du paysan???

Les derniers commentaires

  • Mich L le 07.05.2015 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    c'est un homme de coeur.

  • Vindulux le 07.05.2015 12:46 Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour nos boulangers ce ne sont plus des artisans mais des industriels. Et ni le patron, ni ses bouchers ne savent ce qu'ont mangés les animaux avant l'abattoir ni comment ils ont vécus. C'est beau pour les yeux, mais pour notre santé et le bien être des animaux ou du paysan???