Brexit

04 décembre 2018 14:44; Act: 04.12.2018 15:11 Print

4 000 personnes pourraient quitter la City

Un responsable de la Banque d'Angleterre a estimé à 4 000 le nombre d'emplois que pourrait perdre le secteur britannique de la finance, d'ici à la date du Brexit.

storybild

La Banque of England s'est montrée moins pessimiste que par le passé. (photo: AFP/Suzanne Plunkett)

Sur ce sujet
Une faute?

Sam Woods, un gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre (BoE), a prévenu mardi qu'environ 4 000 emplois dans la banque et l'assurance allaient partir du Royaume-Uni vers l'Union européenne d'ici au jour J du Brexit, fin mars. Il répondait aux questions de la commission du Trésor de la Chambre des communes. Ces 4 000 emplois représentent toutefois «un très petit nombre si l'on prend en considération les 500 000 employés du secteur de la banque et de l'assurance», a jugé M. Woods.

Le même Sam Woods évoquait il y a un an le nombre de 10 000 emplois perdus, ce qui signifie que les dégâts ont été moindres que prévu. Le responsable de la BoE a toutefois ajouté que d'autres emplois pourraient quitter le Royaume-Uni, à partir du mois d'avril, mais que l'ampleur de ces départs dépendra pour beaucoup des conditions du Brexit. L'audition des responsables de la banque centrale est intervenue une semaine après la publication de divers scénarios économiques envisagés par la BoE, en fonction des modalités politiques du Brexit.

L'institut d'émission avait alors dressé un tableau particulièrement inquiétant en cas de sortie de l'Union européenne sans accord, qui verrait le taux de chômage monter en flèche à 7,5%, tout comme l'inflation à 6,5%, tandis que les prix de l'immobilier plongeraient de 30%. Lors de l'audition, M. Carney a été interrogé sur une éventuelle augmentation du prix des denrées alimentaires. «Dans les scénarios les plus négatifs, on pourrait s'attendre à voir les prix de la nourriture augmenter de 10%», a estimé M. Carney. Le gouverneur a rappelé toutefois que la BoE et le système financier britannique étaient prêts à affronter n'importe lequel des scénarios de sortie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.