Espagne/Thomas Cook

30 septembre 2019 16:29; Act: 30.09.2019 16:40 Print

500 hôtels pourraient fermer immédiatement

500 hôtels «vont fermer immédiatement» en Espagne en raison de la faillite du voyagiste Thomas Cook, a mis en garde le président de la confédération des hôteliers.

storybild

Un établissement aux Canaries a récemment dépensé 20 millions d'euros en rénovation et va se retrouver avec 700 chambres «vides» et 200 employés qu'il va devoir licencier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y a 500 hôtels qui vont fermer immédiatement à cause de la faillite de Thomas Cook et la situation pourrait empirer si le gouvernement ne prend pas immédiatement des mesures», a déclaré Juan Molas, président de la Confédération des hôtels et des logements touristiques dans un entretien au quotidien économique Cinco Dias. Selon M. Molas, dont l'organisation représente 15 000 entreprises du secteur en Espagne, la facture d'impayés laissée en Espagne par Thomas Cook, qui a fait faillite le 23 septembre, pourrait dépasser l'estimation initiale de 200 millions évoquée par le secteur.

«Ce sera beaucoup plus. Le montant pour huit chaînes hôtelières seulement est proche de 100 millions», affirme-t-il. Sur les 500 hôtels pouvant mettre la clé sous la porte en Espagne, 100 dépendaient exclusivement de Thomas Cook tandis que les autres avait une clientèle formée de 30 à 70% de touristes amenés par le tour-opérateur, a précisé Juan Molas. Le président de la Confédération des hôteliers cite notamment l'exemple d'un établissement à Fuerteventura, aux Canaries, ayant récemment dépensé 20 millions d'euros en rénovation et qui va se retrouver avec 700 chambres «vides à partir du 7 octobre» et 200 employés qu'il va devoir licencier.

Thomas Cook était le second tour-opérateur le plus important d'Espagne, où ses compagnies aériennes ont acheminé 7,3 millions de touristes en 2018, soit près de 9% du nombre total de visiteurs, selon un calcul de l'AFP sur la base de statistiques aéroportuaires. Aux Canaries, région la plus touchée en Espagne avec les Baléares, l'impact pourrait être particulièrement important alors que cet archipel est une destination prisée des touristes en hiver.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Republique bananière le 30.09.2019 20:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La faillite du TK est la pointe de l’iceberg: entre le changement du secteur du aux nouvelles technologies, la crise qui va toucher de plain fouet l’Europe à partir de la fin de l’année et le Brexit, les clients ne sont plus forcément la en même nombre. Un hôtel qui existe que avec un client (TK) a pris un risque énorme, probablement sans même le comprendre...

  • Sandrine le 01.10.2019 06:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est dommage pour les employés de ces hôtels mais le b.a.ba en économie c est bien de ne jamais mettre tous ses oeufs ds le même panier ...

  • Le Rital le 30.09.2019 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Les touristes ne sont pas morts...il suffit de consulter d'autres opérateurs touristiques.

Les derniers commentaires

  • béise monni le 01.10.2019 15:18 Report dénoncer ce commentaire

    cela pendait au nez de TK depuis belle lurette .... j'ai moi-même dépensé beaucoup d'argent pour un voyage en famille avec cette compagnie, résultats tout où presque à mal tourné et je n'était pas le seul dans ce cas ... le comble était les moqueries du personnel TK sur place lors de demande d'explications! Ce jour là j'ai dis plus jamais avec eux et je n'étais pas le seul .... ce qui devait arriver tôt ou tard arriva ...

  • Business le 01.10.2019 08:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est plutôt bon pour la France car Thomas Cook était beaucoup moins actif en France qu'en Espagne donc la chute sera moins importante ce qui va permettre à la france de récupérer la première place pour les destinations touristiques.

    • grande illusion le 01.10.2019 14:45 Report dénoncer ce commentaire

      Il y avait quand une raison pourquoi les clients passaient déjà leurs vacance en Espagne et pas en France. Et tant que cette différence ne change pas, les touristes vont continuer d'aller en Espagne mais avec d'autres prestataires.

    • Toxic le 02.10.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

      lesquelles svp ?

  • Sam1952 le 01.10.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Ben !!!, les touristes prendront d’autres compagnies aériennes ! La concurrence doit être dans les starting-blocks !

  • Bravo le 01.10.2019 07:24 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement un bien pour la planète

    • Aender le 01.10.2019 08:39 Report dénoncer ce commentaire

      Je vous félicite pour votre empathie! Vous raconterez cela aux 40000 personnes qui perdent en ce moment leur travail, sans compter les sociétés qui travaillaient aussi avec TK et qui seront dans de graves difficultés financières et qui à leur tour mettront des gens au chômage. !

    • Weiter le 01.10.2019 09:59 Report dénoncer ce commentaire

      Le touristes ne vont pas disparaitre ! Ils vont aller dans d'autres agences qui auront besoin de recruter (pas tout le monde mais une grande partie) pour réussir à "servir" ces nouveaux clients qui ne seraient pas venu sans la faillite de TK.

    • Non mais allo le 01.10.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

      Ils ne seront pas remboursés de suite et reporteront surement ces vacances d'un an. Ce décallage budgétaire va endommager les bilans des prestataires locaux qui avaient une forte dépendance envers ce tour operator. Il y aura donc bien des faillites. Pour que ca fasse du bien à la planète il faudrait surement plus qu'un tour operator en faillite. La on parle de la limitation drastique de l'avion comme du transit par poids lourd.

  • Sandrine le 01.10.2019 06:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est dommage pour les employés de ces hôtels mais le b.a.ba en économie c est bien de ne jamais mettre tous ses oeufs ds le même panier ...

    • KeeNumm le 01.10.2019 17:18 Report dénoncer ce commentaire

      Ce que vous écrivez est tellement logique qu'on se demande comment des hôtels pouvaient être autant dépendants !!