En France

05 décembre 2017 11:14; Act: 05.12.2017 11:14 Print

Après 20 mois de baisse, l'hôtellerie se porte mieux

L'hôtellerie française, affectée par la vague d'attentats en 2015 et 2016, a retrouvé cette année une fréquentation quasi similaire à celle qu'elle avait connue auparavant.

storybild

Les hôtels haut de gamme et de luxe affichent la plus forte progression de la fréquentation. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«Il aura fallu 18 mois à l'hôtellerie française pour digérer l'impact des attaques terroristes sur son territoire et en Europe. Grâce à un excellent dernier trimestre, l'année 2017 va se conclure sur une bonne note avec des performances en nette amélioration par rapport à 2016: on enregistre un taux d'occupation en hausse de 4 points, à 68,2%», se réjouit Vanguelis Panayotis, président du cabinet MKG Consulting. L'année 2017 est ainsi marquée par «un net regain sur la fréquentation permettant de se rapprocher des plus hauts niveaux d'avant-crise (70% en 2007)», souligne le cabinet spécialisé dans un communiqué.

Toutes catégories confondues (Hôtels + Résidences), «le RevPar, (Revenu par chambre disponible, indicateur clé du secteur, NDLR) va croître de 4,5% sous l'impulsion du taux d'occupation. Les prix moyens, de leur côté, sont stables par rapport à 2016. Après avoir été à la baisse sur les premiers mois, la tendance s'est inversée à partir du mois d'août sous l'impulsion des hôtels de la capitale», précise MKG. «Il faut noter qu'après 20 mois de baisse, les prix moyens repassent dans le vert depuis le dernier trimestre», souligne M. Panayotis.

Selon lui, «ces bons chiffres s'expliquent par le retour des clientèles internationales, en particulier américaines et asiatiques, en France et à Paris surtout et la tendance devrait se poursuivre en 2018», dit-il, confiant. «Toutes les catégories d'hôtels sont impactées par ce regain d'activité. Les hôtels haut de gamme et luxe affichent la plus forte progression de la fréquentation (+4,0 points), en compagnie des hôtels moyen de gamme. Les autres catégories (économique, budget et résidences) enregistrent pour leur part une progression d'environ 3 points.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.