Bien-être animal

03 mai 2018 11:21; Act: 03.05.2018 11:35 Print

Gap, Zara et H&M renoncent au mohair

Les géants de l'habillement, alertés par une vidéo de Peta sur des chèvres maltraitées, ont annoncé avoir renoncé à la laine mohair.

storybild

Des chèvres qui fournissent la laine mohair au salon de l'agriculture de Paris en 2010.

Sur ce sujet

Des géants internationaux de l'habillement dont Gap, Zara, H&M et Topshop ont annoncé mercredi avoir renoncé à se fournir en laine mohair, après la diffusion par Peta d'une vidéo (attentions, images choquantes) montrant des chèvres maltraitées, tournée selon l'ONG en Afrique du Sud.

L'organisation de défense du bien-être animal affirme que cette vidéo a été «filmée par un témoin» et «contient des images tournées en janvier et février de cette année dans 12 élevages différents» en Afrique du Sud, pays d'où provient plus de la moitié du mohair vendu dans le monde. Elle a demandé l'ouverture d'une enquête aux autorités de ce pays. Sur ces images, des chèvres angora dont la laine sert à faire des pulls, écharpes ou couvertures, sont notamment traînées par les cornes et les pattes, soulevées par la queue et jetées au sol par les tondeurs.

Douceur et légèreté

Cette vidéo «a incité de nombreuses entreprises de mode internationales, dont le groupe H&M, Gap Inc., Inditex et Arcadia, à mettre en place une interdiction sur la vente du mohair», a indiqué Peta dans un communiqué. Des porte-parole de ces quatre groupes, contactés par l'AFP, ont confirmé s'être engagés à bannir d'ici 2020 cette fibre, appréciée pour sa douceur et sa légèreté.

Le suédois H&M a toutefois précisé n'utiliser qu'une proportion infime de mohair dans ses collections (0,044% des fibres utilisées), et pour son rival espagnol Inditex (Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara home, Uterqüe) cette matière ne représente qu'«un petit nombre de produits». «Aucun standard crédible ne permet à ce jour une information transparente et contrôlable de la production de mohair», a affirmé un porte-parole de H&M, ajoutant que le groupe «continue ses recherches de fibres alternatives».

(L'essentiel/afp)