Bourse de Milan

27 octobre 2015 11:26; Act: 27.10.2015 13:57 Print

L'Italie privatise sa poste pour réduire sa dette

L’Italie a bouclé mardi la privatisation du géant Poste Italiane. Un prélude à une série d'autres sous la houlette du gouvernement du réformiste Matteo Renzi.

storybild

L'entrée en bourse concerne un peu plus du tiers (jusqu'à 38,2%) du capital de l'entreprise, le reste restant aux mains de l'État italien. (photo: AFP/Alberto Pizzoli)

Sur ce sujet
Une faute?

Toute bardée de jaune pour l'occasion, la Bourse de Milan a réservé un bon accueil au titre de Poste Italiane, dont la cotation a démarré en hausse mardi matin, avant de se replier autour de la parité en milieu de matinée. Le directeur général du groupe Francesco Caio, après avoir symboliquement actionné la cloche lors d'une brève cérémonie à la Bourse de Milan, a salué «la nouvelle phase» s'ouvrant pour l'opérateur historique, né en 1862 au lendemain de l'unification de l'Italie et fort aujourd'hui de 143 000 employés.

Le titre a fait son entrée dans le grand bain au prix de 6,75 euros l'action, ce qui valorise ainsi le groupe à 8,816 milliards d'euros. Il cotait 6,76 euros vers 10h40 (+0,15%). L'entrée en bourse concerne un peu plus du tiers (jusqu'à 38,2%) du capital de l'entreprise, le reste restant aux mains de l'État italien. L'opération devrait rapporter près de 3,4 milliards d'euros, une somme qui sera intégralement consacrée à la réduction de la dette publique italienne, laquelle pèse au total près de 2 200 milliards d'euros. La demande d'actions a été plus de trois fois plus élevée que l'offre. Les employés du groupe en particulier ont été plus de 26 000 (sur 143 000) à vouloir y placer leurs économies.

Le contrôle aérien puis les chemins de fer

Un tel intérêt constitue selon le ministre des Finances Pier Carlo Padoan une «preuve de confiance dans le plan stratégique de l'entreprise, mais aussi dans la nouvelle voie prise par l'Italie». Une allusion au programme de réformes politiques et institutionnelles lancé par le jeune chef du gouvernement Matteo Renzi (centre-gauche) depuis son arrivée au pouvoir en février 2014.

Une fois Poste Italiane bien installée en bourse, les privatisations italiennes se poursuivront avec la mise sur le marché attendue l'année prochaine de parts d'Enav (contrôle aérien) et surtout le poids lourd Ferrovie dello Stato (chemins de fer), promet le gouvernement. «Nous sommes en train de travailler pour coter en bourse Ferrovie dello Stato au second semestre» 2016, a souligné mardi Fabrizio Pagani, du ministère italien des Finances.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.