À Nuremberg

04 février 2018 13:16; Act: 04.02.2018 13:27 Print

Le cinéma s'invite à la Foire du jouet

Les grandes marques de jouet, présentes à la grand-messe de Nuremberg, misent sur le cinéma pour doper leurs ventes. En restant focalisés sur leur métier d'origine.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Face à des enfants toujours plus high tech, happés par la révolution numérique, quelques grands noms allemands du jouet parient sur leurs classiques. En les dopant au 7e art. À la plus grande foire du jeu et jouet au monde, à Nuremberg en Allemagne, une vaste pancarte montre un personnage Playmobil barbu jetant un coup d’œil de derrière un rideau : «On se voit en 2019», proclame-t-il. Ce teaser pour le premier film des célèbres figurines peut paraître banal après les succès des différents longs métrages Lego, mais pour Playmobil, qui n'a presque rien changé à ses produits depuis 1974, c'est le grand saut.

L'année passée, pour la première fois aussi, l'entreprise s'est lancée dans la guerre des produits sous licences, développant une ligne «Ghostbusters», les célèbres chasseurs de fantômes qui sont en pleine renaissance, et une autre inspirée du film fantastique d'animation «Dragons». Cela a donné «un nouvel élan», explique le porte-parole de Playmobil, Bjoern Seeger dont l'entreprise a vu ses ventes grimper de 11% l'an dernier. Néanmoins le géant bavarois insiste: pas question de se détourner des fondamentaux et des mondes urbains, historiques et naturels qu'il a développé.

Schleich, qui depuis les années 1930 fabrique animaux réalistes, dinosaures, Schtroumpfs et héros de Disney, est dans cette même logique, déterminé à concurrencer les petits écrans tactiles qui hypnotisent. «Je pense que de plus en plus de parents en ont marre des tablettes, dit Dirk Engehausen, patron de Schleich. Un enfant comprendra bien mieux le caractère fascinant d'un éléphant, d'une girafe, d'un guépard en le tenant dans sa main plutôt qu'en tripotant un IPad». Dans un marché du jouet en pleine stagnation, l'entreprise vient d'ailleurs de connaître une année record.

Pas de produits dérivés

Même son de cloche chez Steiff, le spécialiste de la peluche haut de gamme et dont l'ourson avec un bouton dans l'oreille a rang d'icône en Allemagne. «Tu ne peux pas faire de câlin à un IPad», signifie Daniel Barth, PDG de l'entreprise vieille de 138 ans. Et si les deux entreprises prévoient une entrée dans le monde du cinéma, il s'agira de doper en priorité leurs propres marques, plutôt que de célébrer des héros sous licence. Schleich prépare ainsi la sortie en 2019 de Bayala. Steiff prépare pour sa part discrètement la sortie d'une «surprise» cinématographique.

Mais ni Playmobil, ni Steiff, ni Schleich ne comptent faire des produits dérivés et du cinéma les moteurs de leur croissance. Selon des experts, ce choix est aussi dicté par des spécificités bien allemandes. Si à l'échelle mondiale, un quart des jouets vendus sont sous licences, en Allemagne la proportion n'est que de un cinquième. Les résultats de Lego en Allemagne en 2017 ne peuvent que conforter Playmobil et consorts dans leur stratégie. Le géant danois des briques de construction a ainsi vu ses ventes plonger de 2,6% sur le marché allemand. En cause, le résultat «décevant» de sa collection Star Wars.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Claudine le 05.02.2018 10:25 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'aime pas les jouets.

Les derniers commentaires

  • Claudine le 05.02.2018 10:25 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'aime pas les jouets.