Crise en Grèce

27 juillet 2015 17:34; Act: 28.07.2015 10:32 Print

Le plan B de Varoufakis rappelle «un bon roman»

Une controverse a éclaté lundi en Grèce. L'ex-ministre des Finances, qui a démissionné en juillet, aurait préparé un système bancaire parallèle pour faire peur aux Européens, selon la presse.

storybild

L'ex-ministre grec des Finances aurait envisagé de créer un système bancaire parallèle. (photo: AFP/Louisa Gouliamaki)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien trublion du gouvernement d'Alexis Tsipras, qui avait déjà reconnu avoir été partisan d'une ligne dure vis-à-vis des créanciers et d'un «plan B» pour faire peur aux Européens, a expliqué au cours d'une téléconférence le 16 juillet avec des responsables de fonds spéculatifs, dont des extraits ont été publiés dimanche par deux quotidiens grecs, qu'il avait l'intention de mettre en place «un système bancaire parallèle» en piratant le logiciel de l'administration fiscale grecque.

Au sein du parti de gauche au pouvoir, Syriza, dont Yanis Varoufakis reste député, la gêne était perceptible lundi. «Le plan Varoufakis n'a jamais été discuté, cela rappelle un bon roman», a indiqué sur plusieurs médias le ministre adjoint grec des Finances, Dimitris Mardas, reconnaissant, si les faits étaient confirmés, qu'une «question de légalité» pouvait se poser.

«Créer clandestinement des comptes secrets»

Les partis grecs d'opposition la Nouvelle-Démocratie (ND, droite), le Pasok (socialiste) et To Potami (centre gauche) ont appelé le gouvernement d'Alexis Tsipras à enquêter sur ces révélations. Il s'agit d'un «important problème politique, économique et moral qui doit faire l'objet d'une enquête», selon un communiqué de la ND.

À l'occasion de cette téléconférence en partie retranscrite par le quotidien Kathimerini, M. Varoufakis explique que l'idée était de «créer clandestinement des comptes secrets reliés au numéro fiscal de chaque contribuable» grec, pour que, le moment venu, les contribuables puissent utiliser «cette espèce de mécanisme parallèle de paiement vis-à-vis des gens à qui ils doivent de l'argent ou pour payer leurs impôts à l'État».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Darius le 28.07.2015 14:14 Report dénoncer ce commentaire

    Vous parlez tous de ministre malhonnête mais est il plus malhonnête que Hollande, Merkel ou Juncker? Soyons un peu sérieux que se cache derrière les décisions et déclarations des nôtres?

  • Didishka le 28.07.2015 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    La dette est une construction artificielle créée par les banques avec le consentement des états pour dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde. Les gouvernants sont au courant… et ils laissent faire!!! honte à eux!!! Honte à nous aussi ! nous les laissons faire….. Michel Rocard, 27/07/2015

  • Ou va le monde le 27.07.2015 18:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voilà une idée sogrenue, folle, peut-être pas légale, mais géniale...

Les derniers commentaires

  • Darius le 28.07.2015 14:14 Report dénoncer ce commentaire

    Vous parlez tous de ministre malhonnête mais est il plus malhonnête que Hollande, Merkel ou Juncker? Soyons un peu sérieux que se cache derrière les décisions et déclarations des nôtres?

  • Didishka le 28.07.2015 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    La dette est une construction artificielle créée par les banques avec le consentement des états pour dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde. Les gouvernants sont au courant… et ils laissent faire!!! honte à eux!!! Honte à nous aussi ! nous les laissons faire….. Michel Rocard, 27/07/2015

    • Jeje le 29.07.2015 01:08 Report dénoncer ce commentaire

      Vous sentez esclave de votre Etat ? A vous lire, on n'en a pas trop l'impression.

  • Pascal le 28.07.2015 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    j'adore ce gars :-)

  • cl021fr le 28.07.2015 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà qui prouve encore une fois qu'il est impossible de faire confiance au gouvernement grecque. Un gouvernement de menteur qui met l'Europe en danger. Exclusion pure et simple de la zone Euro

    • Pécuchet le 28.07.2015 13:21 Report dénoncer ce commentaire

      Ne faites pas rire! Les Chinois achètent le Pirée depuis 2008, investissent dans la construction navale et vont faire de la Grèce leur plateforme de distribution maritime pour toute la Méditerranée!La clique prévaricatrice UE & Co font crever la population, mais le banques se gorgent de fric et les 800 armateurs grecs ne paient pas d'impôts comme le prévoit la Constitution! Et si on les menace de les faire payer, ils menacent de quitter pour Monaco dont personne ne parle jamais!Réveillez-vous! Que le GDL est dans le collimateur quand on parle d'impôts et les dirigeants sont à la botte de l'UE!

    • Didishka le 28.07.2015 13:56 Report dénoncer ce commentaire

      Non!?!?! Enfin un qui a compris! Merci Pécuchet!

    • Pécuchet le 29.07.2015 19:49 Report dénoncer ce commentaire

      Je complète! Depuis 1975 les armateurs paient exactement le même montant d'impôt à la tonne de fret sur leurs bateaux: 0.45 cents/$. Aussi 200.000 tonnes représentent 90.000$/an et mieux encore, en $ de 1975. Avec la dévaluation et l'inflation cela représente 32x moins d'entrées fiscales dans les caisses de l'Etat grec! Les c***ards de la Troïka ont ils imposé quoique ce soit comme pression sur les armateurs?Traqués par l'UE s'ils se cassaient à Monaco! Puissant le lobby des armateurs à Bruxelles et les armateurs grecs sont les plus puissants au monde! Sans parler des pavillons de complaisance

    • @Pécuchet.. le 30.07.2015 12:33 Report dénoncer ce commentaire

      Vous semblez un peu biaisé .. comme d'habitude quand vous parlez de l'UE. La 1re fois que la Troika s'est attaquée aux armateurs grecs fut en Septembre 2009. Pendant 5 ans, les gouvernements grecs n'ont jamais fléchis à ce sujet. Le problème n'est même pas l'impôt à la tonne comme vous semblez l'indiquez. Le Parisien avait estimé que la contrebande au fuel auquels les armateurs se livraient à grande joie s'élevait à lui seul à 500 millions d'EUR / an !

    • Pécuchet le 30.07.2015 13:39 Report dénoncer ce commentaire

      @ @ Pécuchet. Vous semblez vous ignorer la force que représente le lobby des armateurs grecs sur Bruxelles. L'UE semble pétrie de meilleures intentions à l'égard des armateurs qu'à l'égard des politiciens minus du GDL quand il s'agit de faire pression pour démanteler des "particularismes" nationaux! TVA sur le commerce électronique par exemple et j'en passe ! L'impôt à la T. est évidemment un problème! Et une fois de plus, qu'en est-il de cette zone de non droit qu'est Monaco dont on entend jamais le nom cité nul part sauf dans les gazettes people pour faire snifer les ménagères !

  • trop beau pour être vrai le 28.07.2015 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    "pour faire peur aux Européens" ? Comme si c'étaient les Européens qui fraudaient le fisc grec depuis des décennies. Si au moins il aurait commencé par traquer les fraudeurs du fisc et réduire les privilèges de la classe supérieure à qui tous les gouvernements grecs ont épargné les mesures d'austérité. Mais non, il n'avait en tête que son idée fixe de refaire le système financier international. Au moins est-il resté fidèle à sa folie typique pour un utopique de la tour d'ivoire des théoriciens complètement déphasé de la réalité des petits gens qu'il pretend défendre.

    • Nicolas le 28.07.2015 23:56 Report dénoncer ce commentaire

      d'accord avec ca. les privilèges indus de certains doivent cesser, les fraudeurs doivent payer et les grecs prendre conscience comment ils se sont mis eux memes dans cette situation. c est pas la faute à ceux, à l'extérieur, qui leur viennent en aide. et si les + riches grecs prêtaient à leur gouvernement à taux 0,15% ou meme 1% par ex? s'ils étaient patriotes et solidaires de leurs concitoyens ils le feraient. il y a sans doute des milliards d'euros grecs qui dorment à droite ou à gauche et pourraient etre + utiles