Bourses mondiales

06 février 2018 09:38; Act: 06.02.2018 10:55 Print

Les places asiatiques plongent après Wall Street

Les places financières asiatiques, Tokyo en tête, ont plongé mardi, emboîtant le pas à Wall Street où les investisseurs ont soudainement cédé à l'affolement après plusieurs mois d'euphorie boursière.

storybild

Plongeon des places financières asiatiques, Tokyo en tête, en attendant l'ouverture des Bourses européennes, dans le sillage de Wall Street, où les investisseurs ont cédé à l'affolement après plusieurs mois d'euphorie boursière.

Sur ce sujet

À la Bourse de Tokyo, l'indice vedette Nikkei a lâché 4,73% en clôture après être tombé de plus de 7% en séance, du jamais vu depuis l'élection en 2016 de Donald Trump à la Maison-Blanche qui avait provoqué un mouvement de panique ponctuel. Ailleurs dans la région, Sydney a fini en baisse de 3,20%, Hong Kong perdait 4,4% à une heure de la clôture, tandis qu'en Chine continentale, l'indice composite de Shanghai abandonnait plus de 3%. L'année 2018 avait pourtant bien commencé, les indices enchaînant les records à New York, mais vendredi la publication aux États-Unis du rapport mensuel sur l'emploi a subitement changé la donne. Bonne nouvelle pour l'économie américaine, l'annonce d'une augmentation significative des salaires en janvier a eu un effet dévastateur sur les marchés en ravivant les craintes d'inflation, et donc d'un resserrement monétaire américain à un rythme plus rapide que prévu. Dans la foulée, les taux de rendement des bons du Trésor se sont enflammés et Wall Street a trébuché. Lundi, les pertes se sont accrues et l'indice vedette Dow Jones a chuté de près de 1.600 points en séance, avant de clôturer en baisse de 4,60%.

"Les investisseurs sont convaincus que l'inflation revient et que les taux d'intérêt vont grimper plus haut que ce qui avait été anticipé", a résumé Stephen Innes, responsable des transactions Asie-Pacifique chez Oanda, interrogé par l'AFP. Tout comme les donneurs d'ordres se détournent des actions, plus risquées que les obligations, ils se réfugiaient mardi vers le yen, valeur refuge prisée en période d'incertitudes. De même l'once d'or montait-elle à 1.343 dollars vers 07h00 GMT, contre 1.333,60 dollars lundi soir. Après la fièvre qui s'était emparée des marchés ces dernières semaines, "cette soudaine baisse est un choc", a commenté auprès de l'AFP Toshihiko Matsuno, de SMBC Nikko Securities. Les marchés entrent maintenant "dans une phase de correction", a-t-il ajouté, avec un déclin de plus de 10% pour l'indice Nikkei par rapport au plus haut du 23 janvier, tout comme le Dow Jones avait lâché lundi plus de 10% en séance par rapport à son record du 26 janvier.

Déjà chahutées lundi, les Bourses européennes, qui s'apprêtaient à ouvrir, risquent de vivre une nouvelle séance difficile, sans forcément céder à la même panique qu'en Asie où «les places ont tendance à surréagir», note M. Innes. Autre actif risqué délaissé, la devise virtuelle bitcoin, en forte baisse depuis plusieurs semaines, poursuivait sa chute mardi, tombant même brièvement sous les 6 000 dollars alors qu'il frôlait les 20 000 dollars en décembre. Il évoluait autour de 6 260 dollars vers 7h GMT. Toutefois, malgré ces impressionnantes dégringolades, les observateurs restaient sereins. «Le moment était venu d'une correction», estime Stephen Innes qui ne voit pas là les prémices d'un "krach"». «Nous pensons que c'est une correction saine et en même temps éphémère», renchérissait Peter Garnry, analyste de Saxo Bank. «Il y a même des possibilités d'achats, peut-être pas aujourd'hui, mais plus tard dans la semaine, après ces massifs mouvements de ventes», soulignait de son côté pour l'agence Bloomberg Sean Fenton, responsable de portefeuille chez Tribeca Investment Partners à Sydney.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lucien le 06.02.2018 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    C'est tout à fait normal. Les taux d'interêt devraient remonter progressivement mais durablement. D'ici quelques semaines il sera beaucoup plus interressant d'investir.

  • Hop la le 06.02.2018 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a 10 jours c’était l’euphorie avec des records. Cela s’appelle des prises de bénéfices....

  • Hamish le 06.02.2018 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le temps de payer les bonus.

Les derniers commentaires

  • rom le 06.02.2018 22:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les indices ne sont pas l état les l indices sont les quelques plus grosses entreprises des pays ...

  • rom le 06.02.2018 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exact après les grosses prises de bénéfices grosse chute des indices ...

  • Réaliste le 06.02.2018 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Je serai heureux seulement le jour où je verrai cette satanée bourse, indice inéluctable de la santé de l'ultralibéralisme, s'effondrer définitivement et de façon planétaire, histoire de mettre l'humanité face ses responsabilités et devoirs réels envers le reste du monde qui nous entoure. Peut-être une prise de conscience de mes contemporains dans ce monde fini qu'ils croient en croissance infinie que je ne vivrai jamais, mais j'ai au moins le bonheur d'y rêver jusqu'à mon dernier souffle...

    • epargne le 06.02.2018 13:39 Report dénoncer ce commentaire

      Tu sembles oublier que la bourse c'est aussi l'argent de petits épargnants...

    • @épargne le 06.02.2018 17:44 Report dénoncer ce commentaire

      La bourse c'est pour les riches qui chargent leurs banquiers de piller le reste du monde et de faire croire que c'est dans l'intérêt de tous:c'est comme au casino où seuls les joueurs perdent.

  • Hamish le 06.02.2018 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le temps de payer les bonus.

  • Hop la le 06.02.2018 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a 10 jours c’était l’euphorie avec des records. Cela s’appelle des prises de bénéfices....