Recours de Luxembourg et Vienne

12 juillet 2018 11:47; Act: 12.07.2018 12:18 Print

Londres a le droit d'aider un projet d'EPR

LUXEMBOURG - La justice européenne a rejeté jeudi le recours du Luxembourg et de l'Autriche. Le gouvernement britannique peut subventionner un projet de réacteurs nucléaires EPR.

storybild

Londres peut subventionner les réacteurs EPR qui seront construits par EDF, malgré les recours de Vienne et Luxembourg. (photo: AFP/ho)

Sur ce sujet

Le Tribunal de l'Union européenne, qui siège au Kirchberg, a validé jeudi les aides d'État accordées par le Royaume-Uni à la centrale nucléaire de Hinkley Point C, rejetant ainsi le recours déposé par l'Autriche et le Luxembourg. Vienne, à la pointe de la cause antinucléaire en Europe, contestait les subventions accordées par Londres pour la construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point par NNB Generation, une filiale d'EDF Energy

Vienne était soutenu par le Luxembourg qui a dénoncé une «concurrence déloyale» entre énergies nucléaire et renouvelable lors de l'examen de la plainte. Mais pour la justice européenne, un État membre a le droit de «définir son bouquet énergétique», et donc de «définir le développement de l'énergie nucléaire comme l'objectif d'intérêt public poursuivi par les mesures d'aide», est-il expliqué dans un communiqué. Et ce, même si cet objectif n'est pas partagé par tous les États membres.

Le Tribunal estime également que l'intervention de l'État était nécessaire dans ce cas précis, car il n'y a pas d'instruments financiers ou de contrats permettant de «couvrir les risques substantiels» qui existent dans le domaine du nucléaire. Les mesures prises étaient «destinées à permettre à NNB Generation de s'engager à investir dans la construction de Hinkley Point C», souligne encore le Tribunal. L'énorme chantier de Hinkley Point en Angleterre représente un investissement total de 19,6 milliards de livres (environ 22,2 milliards d'euros). EDF a déjà évoqué un «risque» de retard de 15 mois pour le premier réacteur censé entrer en service fin 2025, et de neuf mois pour le second attendu six mois plus tard.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 13.07.2018 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que les Britaniques peuvent aider et subventioner les projets d'EPR! Et le GDL devrait faire de même, car le nucléaire est la seule option réaliste pour notre petit pays qui à besoin de plus en plus d'énergie. Et la position du Luxembourg qui importe 90 % de ses besoins d'énergie et 100 % pour les énergie fosiles, est intolérable envers ceux qui développent des solutions qui ne contribuent pas au réchauffement de la planète.

  • Mimile le 12.07.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    Les centrales au charbon et au gaz ferment parce que l'éolien est moins cher. Les projets éoliens récemment accordés en Mer du Nord se feront sans le moindre subside. Seules les anciennes centrales nucléaires vieillissantes sont moins chères, car les coûts de construction sont déjà amortis. En France, l'EPR de Flamanville devait initalement coûter 3,4 milliards €. On en est maintenant à 10,5 milliards €. Pourquoi Londres veut-il encore subsidier le nucléaire?

  • TontonBeber le 12.07.2018 18:05 Report dénoncer ce commentaire

    Et de toute manière maintenant depuis le brexit, de quoi je me mêle ?

Les derniers commentaires

  • Luxo le 13.07.2018 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que les Britaniques peuvent aider et subventioner les projets d'EPR! Et le GDL devrait faire de même, car le nucléaire est la seule option réaliste pour notre petit pays qui à besoin de plus en plus d'énergie. Et la position du Luxembourg qui importe 90 % de ses besoins d'énergie et 100 % pour les énergie fosiles, est intolérable envers ceux qui développent des solutions qui ne contribuent pas au réchauffement de la planète.

  • Terry le 12.07.2018 20:46 Report dénoncer ce commentaire

    @Mimile: les anciennes centrales amorties? Et leur démentèlement, personne ne sais combien cela va coûter, en tout cas une fortune! L'EPR est un gouffre à fric, mais porté par un lobby surpuissant!

    • Phil le 13.07.2018 16:04 Report dénoncer ce commentaire

      @ Terry: la Cour des Comptes française a évalué ce risque il y a 2 ou 3 ans. Conclusions: oui le cout est probablement sous-évalué par EDF, mais même si ce cout venait à doubler par rapport aux hypothèses de EDF (ce qui est quand même peu probable) l'impact sur le cout du kWh serait de moins de 5%. Donc l'épaisseur du trait. Sur ce sujet là il n'y a donc pas de "scoop" à chercher.

  • TontonBeber le 12.07.2018 18:05 Report dénoncer ce commentaire

    Et de toute manière maintenant depuis le brexit, de quoi je me mêle ?

  • Mimile le 12.07.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    Les centrales au charbon et au gaz ferment parce que l'éolien est moins cher. Les projets éoliens récemment accordés en Mer du Nord se feront sans le moindre subside. Seules les anciennes centrales nucléaires vieillissantes sont moins chères, car les coûts de construction sont déjà amortis. En France, l'EPR de Flamanville devait initalement coûter 3,4 milliards €. On en est maintenant à 10,5 milliards €. Pourquoi Londres veut-il encore subsidier le nucléaire?