195 postes concernés

07 décembre 2012 11:52; Act: 07.12.2012 12:10 Print

Pierre et Vacances doit dégraisser

Le groupe de tourisme et d'immobilier français veut privilégier les départs volontaires dans le cadre de son plan d'économies devant conduire à 195 suppressions de postes.

  • par e-mail

«Tout est basé sur des départs volontaires, je pense que nous éviterons les licenciements», a expliqué le PDG du groupe, Gérard Brémond, interrogé sur Radio Classique. «C'est la première fois que le groupe Pierre et Vacances se trouve contraint (NDLR: à de telles mesures), dans le contexte économique que nous savons et spécifique qui impose le redressement de nos résultats», a-t-il reconnu. «C'est une démarche douloureuse mais à laquelle il a fallu se résoudre», a ajouté le PDG du groupe créé en 1967.

Les suppressions de poste concerneront essentiellement la France, et en particulier le siège, avait indiqué mercredi Pierre et Vacances lors de l'annonce de ses résultats. «Des mesures d'accompagnement (départs volontaire, aide au reclassement, travail à temps partiel...) seront mises en œuvre par le groupe afin de minimiser les impacts sociaux», avait-il promis, précisant que le plan passerait par le non renouvellement de CDD et d'intérimaires, le gel des recrutement et au besoin un gel des salaires.

Un Center Parcs en Lorraine

Pierre et Vacances, qui exploite aussi les marques Center Parcs, Maeva et Adagio, a fini l'année 2011/2012 dans le rouge pour la première fois depuis son entrée en Bourse en 1999. Ainsi, sur l'exercice clos fin septembre, il a enregistré une perte nette de 27,4 millions d'euros, contre un bénéfice de 10,5 millions un an plus tôt. Pour faire face à ces difficultés, il a lancé un nouveau plan de réduction des coûts, destiné à économiser 33 millions d'euros dès le prochain exercice. Ces mesures devraient permettre «un retour à la rentabilité opérationnelle dès l'an prochain», selon le PDG. Le Center Parcs d'Hattigny en Lorraine, qui emploie 600 personnes, pourrait être concerné.

Ce plan est «très important», a répété M. Brémond, soulignant qu'il était «déjà pour partie mis en exécution», et serait «respecté». Présent en France, en Belgique, en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas, Pierre et Vacances emploie au total près de 7 500 salariés (équivalent temps plein), dont plus de 5 200 en France. Le PSE représentera une suppression de 2,6% des effectifs.

(L'essentiel Online/AFP)