Plan de restructuration

09 mars 2010 16:31; Act: 09.03.2010 17:32 Print

Un quart des salariés de MPK dans la tourmente

LUXEMBOURG - Les Messageries Paul Kraus, membres du groupe suisse Valora, préparent un plan social qui va concerner 30 des 120 salariés de la société.

Une faute?

Confrontées à la fois à la crise de la presse payante et à une modernisation impérative, les Messageries Paul Kraus vont devoir se séparer de 30 de leurs 120 salariés. Rachetées par le groupe suisse Valora, MPK n’a d’autres choix que de préparer, avec les syndicats, un plan social.

En se modernisant, via une informatisation poussée, MPK prétend avoir effectivement besoin de moins de personnel pour gérer la distribution et la vente des journaux et magazines à travers ses 71 points de vente sur tout le territoire luxembourgeois. La presse, c’est-à-dire les quotidiens et les magazines, ainsi que les livres constituent entre 60 % et 70 % de l'offre.

Les 30% à 40% restants se répartissent sur le tabac, la papeterie, la confiserie, les boissons pour certains magasins, mais aussi les billets Lottolux et Loterie Nationale. MPK sont confrontées directement à une baisse de son chiffre d’affaires, tant dans la vente de la presse, que dans celle notamment des cigarettes.

L’évolution des marchands de presse traditionnels vers des boutiques où l’on trouve parfois un peu de tout n’ayant pas produit les effets escomptés, les Messageries Paul Kraus se restructurent dans la douleur pour les 120 salariés.

Denis Berche

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).