Informatique

17 juillet 2017 12:44; Act: 17.07.2017 14:05 Print

Une cyberattaque aussi coûteuse qu'un ouragan

Une étude publiée par l'assureur Lloyd's of London montre qu'une cyberattaque mondiale engendrerait des pertes économiques gigantesques.

storybild

Les coûts économiques incluent le manque à gagner des entreprises en raison de l'interruption de leurs activités et les réparations des systèmes informatiques. (photo: Keystone)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Une cyberattaque mondiale massive pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars de pertes économiques, soit environ autant qu'une catastrophe comme l'ouragan Sandy en 2012, selon une étude publiée lundi par le Lloyd's, le marché d'assurance spécialisé, et le cabinet Cyence. Cette étude s'est attachée à mesurer l'impact économique potentiel de deux scénarios de cyberattaques, donc celui d'un piratage de l'activité d'un prestataire de services informatiques en nuage, également appelé «cloud».

Dans ce premier scénario, les pertes économiques moyennes s'échelonnent entre 4,6 milliards pour un événement important et 53 milliards de dollars pour un événement majeur. «Il s'agit là d'une moyenne. Du fait de la difficulté à quantifier précisément les pertes informatiques, ce chiffre pourrait atteindre 121 milliards de dollars ou se limiter à 15 milliards», précisent toutefois le Lloyd's et Cyence. En comparaison, l'étude précise que l'ouragan Sandy, deuxième cyclone tropical le plus coûteux de l'histoire, a engendré des pertes économiques comprises entre 50 et 70 milliards de dollars.

450 milliards de dollars en 2016

Dans un deuxième scénario, qui prend cette fois pour hypothèse des attaques ciblant le système d'exploitation d'ordinateurs utilisés par un grand nombre d'entreprises dans le monde, les pertes moyennes s'échelonnent entre 9,7 et 28,7 milliards. Ces chiffres représentent le montant moyen des pertes estimées sur une période d'un an et tiennent compte des dépenses directes attendues liées à ces événements. Les conséquences en matière de dommage aux biens, d'atteintes corporelles ou encore de pertes indirectes, notamment la perte de clients ou l'atteinte à la réputation, ne sont toutefois pas prises en compte.

«Tout comme certaines des pires catastrophes naturelles, les incidents cyber sont susceptibles d'avoir de graves répercussions sur les entreprises et les économies», s'alarme Inga Beale, patron du Lloyd's, cité dans le communiqué. D'autant qu'en dépit de l'essor de la demande en cyberassurance, les montants couverts restent encore limités, le déficit d'assurance pouvant atteindre jusqu'à 45 milliards de dollars dans le premier scénario et 26 milliards dans le deuxième, détaille l'étude. «On estime qu'en 2016, les cyberattaques ont coûté quelques 450 milliards de dollars aux entreprises, à l'échelle mondiale», détaille l'étude, citant de récents travaux sur la question.

Au cours des dernières semaines, plusieurs vagues massives de cyberattaques au rançongiciel ont frappé multinationales, sociétés et services en Europe, aux États-Unis, en Ukraine ou encore en Russie. En France, Saint-Gobain et la SNCF ont notamment été touchés à divers degrés.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MoiJe le 17.07.2017 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien moins couteuse en vie humainses quand même...

  • oeildelux le 17.07.2017 15:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sa change rien le jour se lève tjr et la nuit tombe et la vie continue

  • Ahhh les assureurs! le 17.07.2017 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    Emploi du conditionnel, estimation, théories non-sourcées,... Bref, digne de news façon Voici, Gala and Co. Pas besoin de se faire peur inutilement, la réalité et le concret ont déjà de quoi largement nous occuper. Et comme rappelé par un commentateur plus bas, la vie humaine vaut quand même plus que les quelques $ demandés par un ransomware. C'est limite insultant de comparer cela à un ouragan!

Les derniers commentaires

  • damesgod le 17.07.2017 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela dépend de l'attaque, par exemple les services d'urgence sauvent des vies. S'ils subissent une attaque et qu'ils sont perturbés à l'échelle d'un pays, des vies humaines peuvent en subir les conséquences.

    • Sérieux le 18.07.2017 13:10 Report dénoncer ce commentaire

      Les urgences sont connecté à internet pour pouvoir fonctionner? Genre défibrillateur, appareils de mesures, médocs, outillages, ... ne fonctionnent pas si internet est coupé?

  • oeildelux le 17.07.2017 15:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sa change rien le jour se lève tjr et la nuit tombe et la vie continue

  • Ahhh les assureurs! le 17.07.2017 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    Emploi du conditionnel, estimation, théories non-sourcées,... Bref, digne de news façon Voici, Gala and Co. Pas besoin de se faire peur inutilement, la réalité et le concret ont déjà de quoi largement nous occuper. Et comme rappelé par un commentateur plus bas, la vie humaine vaut quand même plus que les quelques $ demandés par un ransomware. C'est limite insultant de comparer cela à un ouragan!

    • @Ahhh le 18.07.2017 10:12 Report dénoncer ce commentaire

      "les quelques $"?!? Le ransomware appelé MIRCOP demandait 28500 USD.. par station contaminée. Un hôpital en Californie a du débourser 3.6 millions de dollars et à du interrompre toutes ses activités pendant plusieurs jours. Donc je crois que c'est un sujet à ne pas sous-estimer.

  • MoiJe le 17.07.2017 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien moins couteuse en vie humainses quand même...

  • RamBo le 17.07.2017 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, Internet hors du contrôle humain ! Et nous continuons notre cirque, malgré tout !