En Europe

15 mai 2018 11:30; Act: 15.05.2018 11:54 Print

Worldline crée avec Six un champion des paiements

Le groupe français de paiement et transaction électronique Worldline, filiale d'Atos, a annoncé lundi le rachat des services de paiement du groupe suisse Six.

storybild

La transaction va permettre de créer un géant du paiement. (photo: AFP)

La transaction permettra de créer un champion sur un marché européen en pleine consolidation. Worldline rachète pour 2,3 milliards d'euros la division SPS (Six Payment Services) de Six, dans une transaction financée largement par une émission d'actions et l'entrée à son capital du groupe suisse. Atos, qui détenait jusqu'alors 70% de Wordline, descendra à 51% du capital de sa filiale, tandis que Six y entrera à hauteur de 27%, devenant ainsi le deuxième actionnaire.

Six Payment Services (SPS), très présent sur son marché national en Suisse mais aussi au Luxembourg, en Autriche et en Allemagne, compte environ 1 600 salariés. Son chiffre d'affaires 2019 est estimé à 530 millions d'euros, réalisé à 81% dans les services aux commerçants. L'opération va permettre à Worldline de porter son chiffre d'affaires à 2,3 milliards d'euros en 2019, contre environ 1,6 milliard en 2017. Elle va renforcer «sa position existante de numéro un au sein du marché européen des paiements», avec des parts de marché de 10% sur les services de paiements pour les commerçants et «environ 20% en services financiers», selon le communiqué.

Pour financer le rachat de SPS, Worldwide prévoit d'émettre 49,1 millions de nouvelles actions (représentant les 27% du capital que va obtenir Six). Il va en plus verser au groupe suisse 283 millions d'euros en numéraire. Et les termes de l'accord prévoient aussi jusqu'à 139 millions d'euros de compensation supplémentaire pour Six au deuxième trimestre 2020 «en fonction de la création de valeur de Worldline d'ici là». Cette transaction devrait générer des synergies de l'ordre de 110 millions d'euros en rythme annuel d'ici 2022, et Worldline s'attend à ce qu'environ la moitié soit réalisée d'ici 2020.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sweet potatoe le 16.05.2018 07:45 Report dénoncer ce commentaire

    Encore plus le monopole dans ce pays ou à travers le monde. Un peu de concurrence leur ferait du bien et à nous aussi....leurs commissions sont honteuses

  • cetpos le 16.05.2018 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Joie et allégresse à Munsbach ?

Les derniers commentaires

  • cetpos le 16.05.2018 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Joie et allégresse à Munsbach ?

  • sweet potatoe le 16.05.2018 07:45 Report dénoncer ce commentaire

    Encore plus le monopole dans ce pays ou à travers le monde. Un peu de concurrence leur ferait du bien et à nous aussi....leurs commissions sont honteuses