Au Royaume-Uni

05 septembre 2018 09:24; Act: 05.09.2018 11:51 Print

À Londres, le début de la fin de l'argent liquide

L'usage de l'argent liquide disparaît progressivement dans la capitale britannique. Les commerçants et même l'Église doivent s'adapter.

storybild

La chanteuse de rue, Charlotte Campbell, utilise un lecteur de carte bancaire sans contact pour récolter des dons, au pied du London Eye (grande roue) à Londres.

Une faute?

Pendant des siècles, les artistes et vendeurs de rue ont pu compter à Londres sur la menue monnaie amassée auprès des passants pour vivre. Mais avec la disparition progressive de l'usage de l'argent liquide dans la capitale britannique, la nécessité de s'adapter s'impose. C'est ce qu'a rapidement compris la chanteuse Charlotte Campbell, l'une des premières à adopter un lecteur de carte bancaire sans contact pour faire rémunérer ses prestations à l'ombre du London Eye, surnom donné à la grande roue posée sur la rive sud de la Tamise.

«Les gens ont pris l'habitude de tout payer par carte», dit la jeune femme de 28 ans à l'AFP, une couronne de fleurs artificielles posée sur ses cheveux blonds. Or, «si les gens n'ont plus de monnaie, l'art de rue risque de disparaître», ajoute-t-elle, en cet après-midi de fin d'été. Désormais, 5 à 10% de ses revenus ne proviennent plus de pièces de monnaie jetées dans sa housse de guitare mais de paiements effectués sur le petit lecteur portable de cartes, qu'elle a programmé pour débiter 2 livres (2,22 euros).

À l’Église aussi

Les chiffres du gouvernement lui donnent raison. Selon un rapport du Trésor publié cette année, la part des paiements en liquide au Royaume-Uni est tombée de 62% en 2006 à 40% en 2016. Une proportion qui devrait chuter à 21% en 2026, pronostique le document. Le ministère encourage le mouvement en interdisant depuis janvier aux commerçants de faire payer des frais pour l'utilisation de cartes de paiement. Autre signe que la disparition des pièces et billets de banque est en route dans la capitale britannique, un certain nombre d'adresses pour déjeuner dans la City, l'épicentre de la finance du pays, ne les acceptent plus.

Quant aux vendeurs du magazine The Big Issue, dont les recettes sont destinées à aider les personnes pauvres ou sans-abri, ils ont aussi adopté des lecteurs de cartes sans contact pour faire face à l'absence de monnaie des passants. À l'église Christ Church East Greenwich, dans le sud-est de Londres, on utilise encore une corbeille pour la quête du dimanche, mais depuis l'an dernier, la révérende Margaret Cave a aussi déployé un lecteur sans contact. «Les montants sont crédités de manière sûre sur votre compte bancaire, personne ne peut s'en emparer, donc c'est mieux que l'argent liquide de ce point de vue», estime-t-elle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta Menchu le 05.09.2018 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    il ne faut pas se laisser faire. Si tout l'argent devient électronique, l'Etat va pouvoir traquer toutes nos dépenses.

  • Odin le 05.09.2018 14:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un moyen supplémentaire pour surveiller vos dépenses et déplacements. Les banquiers et l’état se frottent les mains.

  • Sans-sous le 05.09.2018 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    En prévision de la prochaine crise financière? Plus de cash et banques fermées... tous coincés!!!( sauf les banques)

Les derniers commentaires

  • Knopchen le 07.09.2018 23:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En 1990 les banques se sont vues obligées de ´dénoncer’ pour lutter contre le trafic de drogue. Aujourd’hui, les casinos, les notaires, les agents immobiliers et même les commerçants ont les mêmes obligations. Pour ouvrir un compte c’est une galère, le secret bancaire a disparu et bientôt le cash. Nos libertés se sont rétrécies mais le trafic de drogue n’a fait que croître. Pensez-vous que supprimer le cash soit l’idée du siècle ? Parlez-en aux Chipriotes qui ont vu leurs comptes spoliés, ils vous expliqueront.

  • butcher le 05.09.2018 22:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les banques vont encore gagner plus argent , elles facturons le droit de payer 2/3% par achat plus le prix de la carte a l’année le commerçant aussi devra s’acquitter de 2/3% sur les encaissements plus la location du terminal , donc au final les banques vont gagner de 2 à 6 % de commissions sur nos achats donc des milliards € en perspectives sans travailler !!!

  • i-mic le 05.09.2018 18:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pensais que les gens qui jouaient d’un instrument dans la rue étaient sans emploi ou revenu. Comment font ils pour se payer un lecteur de carte, et puis 2,22 euros, et bien on nous oblige même le montant. Après comme les autres je pense qu’on sera de plus plus contrôlé, surveillé et notre liberté en prendra un coup.

  • Bob Morane le 05.09.2018 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la fin de notre liberté déjà très mise à mal. Sans argent liquide ce sera terminé. Tant pis, on fera le plus de troc possible et ce sera aussi une fameuse perte pour l'état en taxes de tout genre.

  • Odin le 05.09.2018 14:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un moyen supplémentaire pour surveiller vos dépenses et déplacements. Les banquiers et l’état se frottent les mains.