Luxembourg/Zone euro

14 juin 2019 07:14; Act: 14.06.2019 10:10 Print

Accord sur le budget après une nuit de discussions

LUXEMBOURG - Les ministres des Finances européens se sont mis d'accord, vendredi matin, au Grand-Duché, sur les grandes lignes d'un budget pour la zone euro.

storybild

Le ministre français Bruno Le Maire: «Pour la première fois, nous commencerons à penser l'avenir comme un bloc cohérent et à coordonner nos politiques économiques». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Pour la première fois, nous avons créé un budget opérationnel qui aidera les pays de la zone euro à converger et à devenir plus compétitifs. C'est une percée», a expliqué le ministre français Bruno Le Maire. «Pour la première fois, nous commencerons à penser l'avenir comme un bloc cohérent et à coordonner nos politiques économiques», a-t-il ajouté. Le porte-parole du président de l'Eurogroupe s'est félicité dans la nuit de l'«accord» conclu par les ministres. Il a annoncé dans un tweet une conférence de presse à 8h15, où les modalités du compromis seront détaillées.

L'accord ministériel, obtenu après une douzaine d'heures de discussions, sera présenté la semaine prochaine aux chefs d’État et de gouvernement de l'UE réunis en sommet à Bruxelles. La création d'un budget propre à la zone euro était un projet phare du président français Emmanuel Macron. Mais le compromis final revoit considérablement à la baisse ses ambitions initiales, en raison du scepticisme des pays du Nord de l'Europe, les Pays-Bas en tête.

Baptisé «instrument budgétaire pour la compétitivité et la convergence», ce budget de la zone euro a pour objectif d'encourager des réformes pour accroître la compétitivité dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Prolux le 14.06.2019 08:47 Report dénoncer ce commentaire

    Vous voulez probablement dire que maintenant que les deux principaux partis dirigés par les allemands ne sont plus majoritaires, le troisième peut influencer les décisions et limiter l'hégémonie allemande.

  • pro-euro le 15.06.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Anglais ne faisaient jamais partie de la zone euro.

  • mouais mouais le 14.06.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut en finir avec les décisions allemandes, luxembourgeoises et néerlandaises, elles sont à contresens du changement annoncé.

Les derniers commentaires

  • pro-euro le 15.06.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Anglais ne faisaient jamais partie de la zone euro.

  • mouais mouais le 14.06.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut en finir avec les décisions allemandes, luxembourgeoises et néerlandaises, elles sont à contresens du changement annoncé.

  • Prolux le 14.06.2019 08:47 Report dénoncer ce commentaire

    Vous voulez probablement dire que maintenant que les deux principaux partis dirigés par les allemands ne sont plus majoritaires, le troisième peut influencer les décisions et limiter l'hégémonie allemande.

  • Luxembourg le 14.06.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Maintenant que les anglais ne sont plus là pour tout bloquer, il devient plus facile de prendre des décisions.

    • Coco le 14.06.2019 20:21 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, il n y a plus personne qui s opose au depouillement des citoyens EU, vous avez raison. Bonne chance par ailleurs