Banque centrale européenne

04 juin 2019 08:05; Act: 04.06.2019 10:04 Print

Aider les banques, sans les rendre plus fragiles

La Banque centrale européenne devrait détailler, jeudi, ses nouveaux prêts géants aux banques, tout en conservant d'autres mesures de soutien à l'économie.

storybild

La BCE devrait maintenir ses taux au plus bas tout en détaillant les conditions financières de sa prochaine salve de prêts géants aux banques. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les tensions commerciales entre les États-Unis et leurs principaux partenaires - Chine, Union européenne et désormais Mexique - continuent d'empoisonner le climat économique et l'industrie européenne reste sous la menace de droits de douane dévastateurs. Les banquiers centraux auront deux pays à risque à l'esprit dans leurs débats: l'Italie, prête à un nouveau bras de fer avec Bruxelles sur l'étendue de ses déficits publics, et la Grèce, où des élections anticipées se tiendront en juillet.

Et la perspective au Royaume-Uni d'un Premier ministre eurosceptique, succédant à Theresa May, renforce les inquiétudes vis-à-vis d'un Brexit sans accord. Confrontée à ce cocktail de risques, l'institution monétaire ne semble toujours pas en passe de gagner son pari, soit remonter l'inflation légèrement sous les 2% «à moyen terme», un niveau censé favoriser l'investissement et l'emploi. Surtout que les attentes de hausse des prix «à cinq ans», baromètre surveillé de près par la BCE, sont retombées à près de 1,3%, comme à la mi-2016, au plus bas depuis que l'actuel patron de l'institut, Mario Draghi, a pris ses fonctions, fin 2011.

Ne pas rendre les banques plus fragiles

Or, par le passé, les mesures de relance annoncées par les gardiens de l'euro «ont souvent coïncidé avec la chute brutale des anticipations d'inflation», observe Carsten Brzeski, économiste de la banque ING. «Des mesures monétaires audacieuses» paraissent donc «nécessaires», estime Erik Nielsen, chef économiste chez UniCredit. Mais l'équation devient complexe tant la BCE a puisé dans son arsenal depuis 2014, descendant le coût du crédit tout en rachetant massivement de la dette privée et publique.

Lors de sa réunion de politique monétaire délocalisée jeudi à Vilnius, en Lituanie, l'institut devrait maintenir ses taux au plus bas tout en détaillant les conditions financières de sa prochaine salve de prêts géants aux banques, baptisés «TLTRO». Un équilibre devra être trouvé entre des conditions suffisamment avantageuses pour stimuler la distribution de crédit, mais sans rendre les banques les plus fragiles.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pfffffffffff le 04.06.2019 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    mdr, rendre les banques plus fragiles. si déjà il y avait une reglementation sur le bonus, car je travail dans une banque et je peux vous dire que les bonnus de certain directeur sans aucun resultat peudepasser les 6 chiffres. pourtant il n y a pas lieux d'être et pour certain il ne faut pas leur donner un bonnus inferieure a l annee derniere sinon il vont etre fache. pourtant il ont fait des mauvais resultats.

  • Lyspal le 06.06.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    D'un part personne ne travaille gratos, ni ouvrier, ni commerçant, ni médécin... De plus chaque banque à besoin d'un capital (réalité + obligation réglementaire). D'autre part, les taux sont très bas, c'est à dire negatifs pour beaucoup de durées. En principe les banques devraient facturer de l'ordre de 0,6% les comptes courants. Mais elles ne le font pas (pour le moment, pour les particuliers). Ce "cadeau" est une perte qui fragilise les banques ...

  • Marcello le 05.06.2019 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de répéter la propagande anti banques, il faut se renseigner pour avoir une vision plus claire de la réalité. Mais ca demande un effort...

Les derniers commentaires

  • Lyspal le 06.06.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    D'un part personne ne travaille gratos, ni ouvrier, ni commerçant, ni médécin... De plus chaque banque à besoin d'un capital (réalité + obligation réglementaire). D'autre part, les taux sont très bas, c'est à dire negatifs pour beaucoup de durées. En principe les banques devraient facturer de l'ordre de 0,6% les comptes courants. Mais elles ne le font pas (pour le moment, pour les particuliers). Ce "cadeau" est une perte qui fragilise les banques ...

  • Marcello le 05.06.2019 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de répéter la propagande anti banques, il faut se renseigner pour avoir une vision plus claire de la réalité. Mais ca demande un effort...

  • Monde à l’envers le 04.06.2019 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Dans le genre le serpent qui se mord la queue on ne fait pas mieux! En 2008, les banques ont été sauvées par les États, c-à-d nous! Et aujourd’hui, alors que les États sont endettées plus que jamais et que notre pouvoir d’achat à diminuer, on doit encore aider les banques et les « sauver »!! Mais sauver pourquoi et qui pardi? Vous avez déjà vu un directeur de banque diminuer son salaire/bonus ou rouler en Twingo vous? Moi pas! On vit dans un système qui marche sur la tête...le plus dur ne sera pas la chute mais l’atterrissage!...

  • pfffffffffff le 04.06.2019 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    mdr, rendre les banques plus fragiles. si déjà il y avait une reglementation sur le bonus, car je travail dans une banque et je peux vous dire que les bonnus de certain directeur sans aucun resultat peudepasser les 6 chiffres. pourtant il n y a pas lieux d'être et pour certain il ne faut pas leur donner un bonnus inferieure a l annee derniere sinon il vont etre fache. pourtant il ont fait des mauvais resultats.