En Allemagne

14 octobre 2019 16:15; Act: 14.10.2019 16:22 Print

Appel à la grève dimanche chez Lufthansa

Le personnel de cabine de la compagnie aérienne allemande veut cesser de travailler dimanche prochain. Il réclame une augmentation des salaires.

storybild

Le personnel de cabine basé à Francfort et à Munich, les deux aéroports allemands les plus fréquentés, doit cesser le travail dimanche, entre 4h et 9h. (photo: AFP/ina Fassbender)

Sur ce sujet
Une faute?

Le syndicat du personnel de cabine UFO chez Lufthansa, a appelé lundi, à une grève de cinq heures dimanche, alors que sa légitimité à représenter les salariés est contestée devant la justice par la compagnie aérienne.

Le personnel de cabine basé à Francfort et à Munich, les deux aéroports allemands les plus fréquentés, doit cesser le travail dimanche, entre 4h et 9h, a annoncé le président du syndicat UFO, Daniel Flohr, dans une vidéo en ligne. «Cinq compagnies du groupe», Lufthansa, Eurowings, Germanwings, Cityline et Sunexpress, «seront concernées par des grèves dans les prochaines semaines», a-t-il ajouté.

«Division»

De telles «grèves d'avertissement», des débrayages coordonnés de quelques heures, accompagnent souvent en Allemagne les négociations salariales menées de manière saisonnière, à partir de l'expiration d'un accord de branche. UFO réclame notamment une augmentation de 1,8% des salaires.

Lufthansa a toutefois indiqué vouloir «maintenir l'intégralité du plan de vol» dimanche et considère comme «illégaux» des appels à la grève venant de UFO, dont le groupe remet en question sa «capacité à représenter» les salariés et le «statut en tant que syndicat». Un tribunal allemand doit se pencher en avril prochain sur la question, alors que UFO est «à moitié mort» selon le quotidien allemand Tagesspiegel.

«Un conflit permanent à la tête de UFO» pèse sur le syndicat, qui est «divisé», a perdu des membres et dont «la situation financière est difficile», explique le journal Handelsblatt. Lufthansa va «évaluer les options de contester la grève, devant la justice», a précisé un porte-parole.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fred le 14.10.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    Impeccable, comme de milliers de chômeurs attende de trouver un emplois que l'on vire ces grévistes tout simplement. Ils ont signé un contrat avec acceptation du salaire donc qu'il respectent leurs signature ou alors démissionnes.

  • Motmot le 15.10.2019 02:20 Report dénoncer ce commentaire

    Raz-le-bol de ces grèves européennes qui prennent en otages les passagers qui ont payé leurs billets et comptent sur le bon déroulement des vols, car les dirigeants s'en foutent totalement du capharnaüm provoqué. Si les employés veulent agir, ils n'ont qu'a suspendre les ventes de billets à venir ou trouver autre chose, mais pas de bloquer le trafic en cours.

  • Grand Maître le 14.10.2019 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est chaud de prendre l'avion entre les grèves et les faillites c'est la roulette russe.....

Les derniers commentaires

  • Nico57 le 15.10.2019 10:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah c’est allemand plus souvent en grève c’est dernière année .

  • Motmot le 15.10.2019 02:20 Report dénoncer ce commentaire

    Raz-le-bol de ces grèves européennes qui prennent en otages les passagers qui ont payé leurs billets et comptent sur le bon déroulement des vols, car les dirigeants s'en foutent totalement du capharnaüm provoqué. Si les employés veulent agir, ils n'ont qu'a suspendre les ventes de billets à venir ou trouver autre chose, mais pas de bloquer le trafic en cours.

  • Fred le 14.10.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    Impeccable, comme de milliers de chômeurs attende de trouver un emplois que l'on vire ces grévistes tout simplement. Ils ont signé un contrat avec acceptation du salaire donc qu'il respectent leurs signature ou alors démissionnes.

  • Grand Maître le 14.10.2019 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est chaud de prendre l'avion entre les grèves et les faillites c'est la roulette russe.....