Polémique en Australie

06 mars 2014 09:10; Act: 06.03.2014 10:16 Print

Apple transfère des milliards pour fuir le fisc

La marque à la pomme a rapatrié une très grande partie de ses bénéfices réalisés ces dix dernières années en Australie, affirme jeudi une enquête du principal quotidien économique du pays.

storybild

Pour lutter contre ces transferts financiers destinés à éviter l'impôt, les dirigeants du G8 se sont engagés à créer un «modèle commun» pour les multinationales, comme Apple. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La très respectée Australian Financial Review (AFR) a obtenu les bilans financiers sur dix ans d'Apple Sales International, une division de la société irlandaise au cœur du système d'optimisation fiscale mis au point par le géant américain, selon le quotidien. Selon le journal, quelque 8,9 milliards de dollars australiens (6,4 milliards d'euros) de bénéfice avant impôts réalisés en Australie ont été transférés vers une structure en Irlande. Les taxes y représentaient seulement 0,7% du chiffre d'affaires. L'Irlande pratique un taux très bas d'imposition des sociétés, de 12,5%.

En 2013, Apple avait déclaré un bénéfice avant impôts de 88,5 millions de dollars australiens (58,1 millions d'euros) réalisés en Australie, après avoir transféré vers l'Irlande, via Singapour, quelque 2 milliards de dollars (1,31 milliard d'euros) de chiffre d'affaires, ajoute l'enquête de l'AFR. Apple n'a pas souhaité répondre aux questions. Par le passé, l'entreprise a toujours dit agir dans le respect de la loi.

Des multinationales comme Google, Apple, Starbucks ou Amazon sont dans le collimateur de plusieurs gouvernements occidentaux, en Europe notamment. Elles sont accusées d'échapper à l'impôt par le biais de mécanismes sophistiqués d'optimisation fiscale, en toute légalité. En 2013, les dirigeants des grandes puissances du G8 ont promis de créer un «modèle commun» pour que les multinationales communiquent aux autorités fiscales de chaque pays quels impôts elles payent et où. Les dirigeants du G8 ont aussi appelé les États à modifier les réglementations qui permettent à ces entreprises de transférer «artificiellement» leurs bénéfices d'un pays à l'autre.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Charles Monteverdi le 06.03.2014 11:25 Report dénoncer ce commentaire

    Il est loin le temps de la petite pomme dans un garage.

  • Folio le 06.03.2014 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    Le G8 n'existe plus! C'est maintenant le G7!

Les derniers commentaires

  • Folio le 06.03.2014 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    Le G8 n'existe plus! C'est maintenant le G7!

  • Charles Monteverdi le 06.03.2014 11:25 Report dénoncer ce commentaire

    Il est loin le temps de la petite pomme dans un garage.