Enquête

29 avril 2017 11:24; Act: 29.04.2017 11:29 Print

Après Google et Apple, le fisc italien contre Amazon

Après avoir fait plier Apple et attaqué Google, le fisc italien vise désormais Amazon, accusé de lui avoir dissimulé 130 millions d'euros en cinq ans, rapporte samedi la presse.

storybild

Selon les enquêteurs, entre 2009 et 2014, le géant du commerce en ligne a mis en place un mécanisme pour déclarer au Luxembourg. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Après un an d'enquête, la police financière a transmis il y a un mois au parquet de Milan un «procès-verbal de constatation», dont le fisc italien devrait bientôt se saisir. Selon les enquêteurs, entre 2009 et 2014, le géant du commerce en ligne a mis en place un mécanisme pour déclarer au Luxembourg, où les taux d'imposition bien plus bas, quelque 130 millions d'euros de bénéfices italiens, rapportent plusieurs journaux italiens. Le parquet de Milan n'était pas joignable pour confirmation samedi.

Amazon, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 2,5 milliards d'euros sur cette période en Italie, a réagi dans un communiqué en assurant payer «toutes les impositions qui sont dues dans chaque pays» où il a une activité. Le groupe a également insisté sur ses investissements en Italie: plus de 800 millions d'euros depuis 2010, pour un total aujourd'hui de plus de 2.000 employés. Jeudi, Amazon a d'ailleurs annoncé un chiffre d'affaires global de 35,7 milliards d'euros (+23%) et un bénéfice de 724 millions de dollars (+41%) au premier trimestre 2017, ce qui a propulsé son action à ses plus hauts niveaux historiques.

En décembre 2015, l'Italie avait déjà réussi à faire plier l'américain Apple, qui a accepté de payer 318 millions d'euros pour solde de tout compte après avoir été accusé de ne pas avoir payé l'impôt sur les bénéfices des sociétés (Ires, 27%) de 2008 à 2013. Rome est également en négociations avec Google, auquel le fisc italien réclame 227 millions d'euros d'arriérés d'impôts pour avoir déclaré en Irlande des revenus réalisés en Italie. Selon plusieurs médias italiens, une enquête est également en cours contre Facebook.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.