Programmes de sauvetage

11 septembre 2019 08:32; Act: 11.09.2019 11:06 Print

Avec la crise en Argentine, le FMI est très critiqué

Le Fonds monétaire international, qui a accordé à l'Argentine un prêt de 57 milliards de dollars, est dans l’œil du cyclone, depuis le revers infligé au président Mauricio Macri.

storybild

Manifestation contre la politique économique du gouvernement Macri, le 30 août 2019, à Buenos Aires (Argentine). (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le FMI s'est-il fourvoyé en Argentine, pays qui a vu se succéder plusieurs programmes de sauvetage de l'institution basée à Washington? L'aggravation de la crise dans la troisième économie latino-américaine attise les critiques contre le Fonds. Le Fonds monétaire international, qui a accordé à l'Argentine un prêt de 57 milliards de dollars (51,6 milliards d'euros environ) en échange d'un programme d'importants ajustements budgétaires, est dans l’œil du cyclone depuis le revers infligé au président Mauricio Macri lors des élections primaires du 11 août. Un camouflet qui fait planer le doute sur la continuité de ce programme, dans un contexte déjà sombre de récession et d'augmentation de la pauvreté.

M. Macri avait fait appel au FMI à la suite d'une crise monétaire en avril 2018. Mais les ajustements convenus n'ont pas stabilisé l'économie, qui connaît une des inflations les plus élevées au monde (54,4% sur les 12 derniers mois), une baisse de la consommation, des fermetures de commerces et une augmentation de la pauvreté (32% en 2018) et du chômage (10,1% cette année). «Toutes les personnes impliquées auraient vraiment, vraiment dû faire preuve de plus de discernement», a jugé sur Twitter le Nobel d'économie Paul Krugman, en accusant M. Macri de ne pas avoir eu recours à certaines mesures par peur de leur coût politique. «Macri n'a pas voulu ou n'a pas pu prendre le taureau par les cornes», a ajouté l'économiste, déplorant l'augmentation de la dette extérieure, passée selon les chiffres officiels de 52,6% du PIB en 2015 à 88,5% en 2019. «Ce qui est frappant (...), c'est que c'est incroyablement proche du scénario de 1998-2001: pas de loi de convertibilité, mais des erreurs de politique semblables et un aval similaire du FMI à ces erreurs», a-t-il lancé.

Un prêt «beaucoup plus politique que technique»

D'autres experts se sont, eux, dits peu étonnés par la position du FMI. «La décision d'accorder à l'Argentine un prêt de cette ampleur a été beaucoup plus politique que technique. Le Fonds est comme ça, il a toujours été comme ça», dit à l'AFP Monica de Bolle, économiste du FMI pendant la crise de 2002 en Uruguay et en Argentine. Pour Mme de Bolle, actuellement chercheuse à l'Institut Peterson d'économie internationale, la stratégie «graduelle» de M. Macri comportait «énormément de risques», et le Fonds le savait. «L'image du FMI a pâti de cet excès d'optimisme», juge-t-elle. Jayati Ghosh, professeure d'économie à l'université Jawaharlal Nehru de New Delhi, a évoqué «la longue histoire du Fonds en termes d'erreurs de politiques».

De son côté, Claudio Loser, un économiste argentin qui fut un ancien haut dirigeant du FMI, a minimisé la responsabilité du Fonds. Pour lui, M. Macri a commis des erreurs, surtout aux débuts de son gouvernement, et aurait dû faire appel au FMI non pas en 2018 mais fin 2017. Le FMI, soutient-il, n'est «clairement pas» coupable de cette nouvelle crise argentine. Concernant le montant du prêt, «je crois que c'était trop, mais le management du FMI voulait obtenir un grand succès (...) Malheureusement, plus que le FMI, ce sont les Argentins qui ont échoué, parce qu'ils n'acceptent jamais l'idée que les ajustements sont inévitables et qu'ils prennent du temps», dit-il à l'AFP.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Angelo51 le 11.09.2019 13:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais on vient justement de récupérer Lagarde ancienne directrice du FMI pour remplacer Draghi à la BCE. Pas à dire, l’Europe fait toujours des choix judicieux.

  • la deux le 11.09.2019 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans les bas fonds on rêve des fond du FMI mais bien souvent on dépasse pas le RMI. bref, le FMI est une institution qui engrange un max et redistribue pinuts

Les derniers commentaires

  • Angelo51 le 11.09.2019 13:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais on vient justement de récupérer Lagarde ancienne directrice du FMI pour remplacer Draghi à la BCE. Pas à dire, l’Europe fait toujours des choix judicieux.

  • la deux le 11.09.2019 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans les bas fonds on rêve des fond du FMI mais bien souvent on dépasse pas le RMI. bref, le FMI est une institution qui engrange un max et redistribue pinuts