Chimie

20 août 2019 14:18; Act: 20.08.2019 15:04 Print

Bayer vend sa division santé animale

Le groupe allemand Bayer a décidé de recentrer ses activités et de vendre sa division Animal Health pour près de 6,8 milliards d'euros.

storybild

Bayer se sépare de sa division Animal Health.

Sur ce sujet
Une faute?

La groupe allemand Bayer a annoncé mardi la vente de sa division santé des animaux (Animal Health) pour 7,6 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) à l'américain Elanco, bouclant une série de cessions visant à resserrer l'activité autour de la pharmacie et de l'agrochimie. Cette branche qui fabrique des produits vétérinaires pour particuliers et professionnels a généré en 2018 1,8 milliard de dollars de chiffre d'affaires, soit une petite partie des près de 40 milliards d'euros pour l'ensemble du groupe.

Le groupe allemand va recevoir 5,3 milliards de dollars en numéraire et 2,3 milliards de dollars en actions d'Elanco, un spécialiste du secteur de la santé animale, a précisé Bayer dans un communiqué. «Bayer compte se délester de sa participation dans Elanco en temps voulu», indique l'entreprise.

Vaste plan de restructuration

La nouvelle entité devrait créer le «numéro deux» du marché de la santé animale, explique Bayer, qui prévoit de boucler la transaction «à la mi-2020» sous réserve d'autorisation des gendarmes de la concurrence. La transaction est la dernière et la «plus grande d'une série de mesures de portfolio que Bayer a lancé en novembre 2018», explique le groupe, qui a annoncé début août la vente pour 3,5 milliards d'euros de l'opérateur de parcs industriels dans la chimie Currenta, détenu en commun avec Lanxess.

Peu après avoir racheté le géant américain des semences Monsanto, Bayer avait annoncé l'an dernier un vaste plan de restructuration impliquant la suppression de 12 000 emplois dans le monde d'ici 2021, soit 10% de ses effectifs, et la cession d'activités non stratégiques. À la Bourse de Francfort, le titre de Bayer a effacé ses pertes, bondissant après l'annonce pour s'établir en hausse de 0,26% 66,47 euros vers 10h00 GMT, dans un DAX à l'équilibre.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.