En Allemagne

29 juin 2017 17:51; Act: 30.06.2017 10:47 Print

Bombardier compte sabrer jusqu'à 2 200 emplois

La filiale allemande du constructeur ferroviaire Bombardier a annoncé jeudi vouloir supprimer jusqu'à 2 200 postes d'ici 2020, soit un quart de ses effectifs

storybild

En Allemagne, Bombardier assemble des engins ferroviaires allant du métro urbain au train à grande vitesse. (photo: AFP/John Macdougall)

Sur ce sujet
Une faute?

À la suite d'une réunion du conseil de surveillance réunissant représentants de salariés et de la direction, une stratégie a été adoptée qui «pose les jalons pour plus d'efficience et de compétitivité chez Bombardier en Allemagne», a déclaré le président de cette instance, Wolfgang Tölsner, cité dans un communiqué. Le plan de réorganisation du groupe canadien, également présent dans l'aéronautique, s'accompagne d'investissements sur l'ensemble des sept sites de production du pays, pour un montant pouvant atteindre 70 millions d'euros et s'étalant jusqu'à 2019.

Il prévoit également des réductions d'effectifs, réparties sur toutes les usines. Les villes de Görlitz (Saxe) et Hennigsdorf (Brandebourg), toutes deux situées dans la partie orientale du pays, seront les plus touchées. Il n'est pas prévu de recourir à des licenciements secs, précise l'entreprise. Parmi les 2 200 personnes susceptibles d'être touchées se trouvent 700 intérimaires. Fait plutôt rare en pareille circonstance, le ministère allemand de l'Économie a réagi par la voix de son secrétaire d'État, Matthias Machnig, qui a vu dans les annonces de Bombardier «de bons signaux au vu de la situation de départ», mais qui doivent «être concrétisés dans les faits».

L'agence Bloomberg a par ailleurs rapporté jeudi que le conglomérat allemand Siemens et Bombardier sont en pourparlers pour créer deux sociétés communes dans le secteur ferroviaire, l'une dans le matériel roulant, l'autre dans la signalisation, en citant des sources proches du dossier. En Allemagne, Bombardier assemble des engins ferroviaires allant du métro urbain au train à grande vitesse. Plus de la moité de la production est exportée.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.