Tensions sur la place

05 mars 2021 12:07; Act: 05.03.2021 15:02 Print

L'Aleba en colère, l'OGBL tend la main

LUXEMBOURG - Le ministre du Travail a retiré à l'Aleba sa représentativité sectorielle. Le résultat de la guerre syndicale qui sévit depuis des mois dans le secteur.

storybild

L'Aleba a indiqué qu'elle allait continuer à se battre pour les salariés. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est un triste jour pour la liberté syndicale au Grand-Duché du Luxembourg»: l'Aleba s'y attendait mais la pilule a du mal à passer. Le ministre du Travail, Dan Kersch, a signifié vendredi, au principal syndicat de la place financière, qu'il ne disposait plus de sa représentativité sectorielle. Un statut qui lui permettait, de sa propre initiative, d'entamer des négociations avec le patronat.

C'est l'aboutissement logique de la guerre syndicale qui fait rage depuis des mois dans le secteur. Les accords de principe discutés par l'Aleba avec le patronat, sans concertation avec les syndicats nationaux, ont fait hurler l'OGBL et le LCGB, qui fustigent le «cavalier seul» du syndicat qui n'est pourtant plus majoritaire (49,22%).

Dans un communiqué, l'Aleba dénonce «une manœuvre politique de l'OGBL et du LCGB» qui, selon elle, «ont ces dernières années tour à tour courtisé l'Aleba» qui a toujours «décliné, considérant que son indépendance était la meilleure garantie d'un travail syndical de qualité pour les salariés du secteur».

L'OGBL, de son côté, par l'intermédiaire de Véronique Eischen (secrétaire centrale SBA - Syndicat banques et assurances), indique «n'avoir jamais compris pourquoi l'Aleba a décidé de jouer cavalier seul»: «On a toujours fait les choses ensemble, il n'y a jamais eu de problème et tout d'un coup ils nous plantent un couteau dans le dos», regrette-t-elle. «Nous n'avons pas eu d'autre choix que de demander la levée de leur représentativité sectorielle qui n'est autre que la confirmation des résultats des dernières élections sociales».

Le syndicat, sur la même longueur d'onde que le LCGB, «tend la main à l'Aleba. À eux de la saisir, la balle est dans leur camp pour que nous puissions œuvrer dans le seul intérêt des salariés de la place financière».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Resident Evil le 05.03.2021 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    cela signifie que si l'OGB L et l'LCGB n'invitent pas gentiment l'ALEBA aux prochaines négociations de la convention collective bancaire, cette convention sera négociés par deux syndicats qui n'ont pas (même ensemble, car il y a des délégués non syndiqués) reçu la majorité des votes des salariés du secteur. C'est donc la minorité radicale qui négociera pour tout un secteur...

  • Piqpat57 le 05.03.2021 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Lors d’un entretien de licenciement pour un plan social l’Aleba n’était même pas venu assister une collègue syndiquée depuis plus de vingt ans chez eux. Elle s’est alors retournée vers la LCGB et bien que récente syndiquée de 2 jours, a été assistée par un représentant de ce syndicat. L’OGBL aurait sans doute fait de même je pense. Depuis , je suis également parti de l’Aleba en voyant de tels comportements

  • Peter le 05.03.2021 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats ne servent à rien au Luxembourg. Quand je vois les courriers pour défendre leurs membres, je trouve ça navrant! Surtout quand on connait le prix des cotisations! Ils utilisent des lettres-modèles, les rares lettres qu'ils écrivent eux-mêmes sont remplies de fautes et quand un procès se manifeste, ils indiquent clairement qu'ils sont libres de décider ou non de l’opportunité d'une action en justice et de l'arrêter à tout moment. Un conseil: renseignez vous AVANT sur vos droits et obligations, et mettez de l'argent de côté pour payer un vrai avocat spécialisé en droit du travail.

Les derniers commentaires

  • moimeme le 07.03.2021 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il était temps.... l aleba a toujours été du côté du patronat et a fait perdre beaucoup d argent et d avantages pour les employés de banques... enfin une bonne nouvelle....

  • antic le 07.03.2021 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Depuis 2008, le secteur bancaire a empiré, suppression de la prime de merite, d'une augmentation par ancienneté... Par contre, il faut être joyeux de pouvoir servir des nuls. Ni l'Aleba, ni Ogbl, ni LCGB ont fait quelque chose pour ameliorer la situation. Les jeunes partent...chez l'Etat, vers les Communes ou à la BCEE. Ce qui est comprehensible, car travailler à la banque et se voir refuser un prêt immobilier parce que le salaire est trop bas...cherchez l'erreur

  • Abandonné le 07.03.2021 05:42 Report dénoncer ce commentaire

    Sauvez les emplois de Tokyo-Mitsubishi Bank.

  • John Smith le 07.03.2021 01:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait!

  • John Smith le 07.03.2021 01:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire... c’est complètement l’inverse!