Banque espagnole

18 avril 2016 18:27; Act: 18.04.2016 18:36 Print

CaixaBank: OPA sur la banque portugaise BPI

La banque espagnole a annoncé lundi le lancement d'une OPA sur BPI, quatrième banque portugaise, dont elle contrôle déjà 44,1%.

storybild

La banque BPI est la quatrième banque du Portugal.

Sur ce sujet
Une faute?

CaixaBank «lancera une offre publique d'acquisition d'actions volontaire à un prix de 1,113 euro en numéraire sur toutes les actions qu'elle ne contrôle pas dans la banque BPI», a-t-elle indiqué lundi dans un communiqué. Cette offre valorise la banque portugaise à 1,622 milliard d'euros. L'OPA de CaixaBank intervient après l'échec dimanche de l'accord annoncé une semaine auparavant entre les deux principaux actionnaires de BPI, CaixaBank et la femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos. Cet accord prévoyait que Santoro Finance, holding de Mme dos Santos, cède à CaixaBank sa part dans BPI et prenne en échange le contrôle de BFA, filiale angolaise de BPI exposée à la dette de l'Etat angolais.

L'offre de 1,113 euro par action est inférieure à celle de 1,329 euro qu'avait faite la Caixa il y a un an dans une OPA que la fille aînée du président angolais José Eduardo dos Santos avait fait capoter. Elle est également inférieure au dernier cours de clôture de l'action, suspendue il y a une semaine alors qu'elle valait 1,191 euro. L'OPA de CaixaBank est soumise à l'autorisation de la commission des opérations en Bourse et, surtout, à la modification des statuts de la BPI, qui limitent les droits de vote des actionnaires à 20% indépendamment de leur part du capital. Cette limite a permis jusqu'à présent à Santoro Finance, deuxième actionnaire de BPI avec près de 20% du capital, de contrer les projets de la Caixa, pourtant actionnaire majoritaire. Un décret permettant de mettre fin aux restrictions des droits de vote des actionnaires, qui existent actuellement dans huit banques portugaises, a été promulgué lundi par le président Marcelo Rebelo de Sousa. Le texte, adopté jeudi par le gouvernement socialiste, entrera en vigueur au 1er juillet et prévoit un régime transitoire d'une durée de six mois.

«Les conditions sont réunies pour que la question d'une séparation de BPI et de BFA ou d'une réduction du poids de la BFA dans l'univers BPI, soit réglée avec succès assez rapidement», a commenté lundi le Premier ministre Antonio Costa, en déplacement à Paris. La BCE avait donné à BPI jusqu'au 10 avril pour réduire son exposition à la dette angolaise. Dans le communiqué annonçant son OPA, CaixaBank demande à la BCE un nouveau délai pour remplir les conditions des nouvelles règles européennes de supervision bancaire. La banque espagnole explique dans son communiqué qu'elle attend de la prise de contrôle de BPI des synergies qui permettront dès la première année une augmentation de 8% du bénéfice récurrent par action. A la clôture, l'action CaixaBank à la Bourse de Madrid chutait de 2,99% à 2,60 euros alors que l'indice Ibex 35 perdait 0,35%.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Panamic le 19.04.2016 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    On sent la magouille bancaire à plein nez dans cette affaire ! Rien que les intervenants laisse à penser que bientôt "quelqu'un",(les contribuables comme d'habitude) va payer cher ce jeu mafieux ! Le fmi and Co n'est sûrement pas loin derrière !!

Les derniers commentaires

  • Panamic le 19.04.2016 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    On sent la magouille bancaire à plein nez dans cette affaire ! Rien que les intervenants laisse à penser que bientôt "quelqu'un",(les contribuables comme d'habitude) va payer cher ce jeu mafieux ! Le fmi and Co n'est sûrement pas loin derrière !!