À Barcelone

03 décembre 2020 11:33; Act: 03.12.2020 11:38 Print

Certains hôtels se réinventent pour survivre

La majorité des hôtels de Barcelone (Espagne) sont fermés, mais les rares qui restent ouverts redoublent de créativité pour attirer de nouveaux types de clients.

storybild

Les hôtels cherchent à compenser la chute du nombre de visiteurs étrangers ces derniers mois. (photo: AFP/pau Barrena)

Sur ce sujet
Une faute?

Sergi Pino a dû s'installer à Barcelone pour le travail. Mais au lieu de louer un appartement, il a préféré poser ses valises dans une chambre d'hôtel, profitant des nouvelles formules imaginées par certains hôteliers pour survivre malgré le vide touristique engendré par la pandémie de Covid-19. La majorité des hôtels de cette ville espagnole très prisée des touristes sont fermés, mais les rares qui restent ouverts redoublent de créativité pour attirer de nouveaux types de clients et compenser la chute du nombre de visiteurs étrangers, ces derniers mois.

Certains adaptent leurs installations au télétravail, d'autres offrent des séjours longue durée à prix réduits, afin de rivaliser avec le marché de la location traditionnelle, d'autres encore proposent des expériences de luxe aux résidents qui, privés de voyage, peuvent jouer aux touristes dans leur propre ville. Dans sa nouvelle «maison» à l'hôtel Gallery, Sergi Pino dispose, pour 900 euros par mois, d'une chambre, d'un gymnase, d'une piscine, d'un spa et d'une zone dédiée au télétravail.

L'hôtel moins cher qu'un appartement

«Il y a plus d'espace, je suis au calme, concentré sur mon travail, et rien ne vient me déranger», explique-t-il, costume gris et baskets blanches, devant son ordinateur installé dans une salle de réunion transformée en lieu de «coworking». Ancien joueur de basket reconverti en entrepreneur, Sergi Pino devait parcourir les 70 km séparant son domicile de Barcelone plusieurs fois par semaine. Quand il a cherché un appartement à louer, il s'est rendu compte que l'hôtel était plus rentable.

À l'hôtel, il côtoie d'autres professionnels en télétravail, des couples qui se sont installés ici le temps de faire des travaux chez eux ou des personnes qui devaient partir à l'étranger et dont le départ a été reporté en raison de la pandémie. «Nous avons déjà huit personnes qui vivent ici et 24 autres réservations sur le point d'être enregistrées», affirme Marta Golobardes, directrice générale du groupe hôtelier, qui possède également des établissements à Malaga (dans le sud de l'Espagne) et sur l'île de Majorque.

Expériences haut-de-gamme

Entre mars et octobre, l'hôtel a gardé portes closes. À sa réouverture, il avait adapté ses installations au télétravail, avec des espaces de coworking et des chambres transformées en bureaux, les lits ayant été remplacés par des desks. Les revenus sont bien loin de ceux obtenus en temps normal, mais constituent un complément et «permettent de donner du travail aux employés et de perdre moins d'argent», explique-t-elle. Plusieurs établissements ont opté pour des stratégies similaires, allant jusqu'à proposer des chambres à 600 euros par mois, moins chères que le loyer d'un studio.

D'autres mettent en avant des expériences haut-de-gamme, comme cet hôtel qui offre un séjour d'une nuit à ceux qui dînent dans son restaurant une étoile. Dans une ville habituée à l'abondance, dont les hôtels avaient accueilli 9,5 millions de visiteurs en 2019, la pandémie a provoqué une «tragédie», selon les termes du président de l'association hôtelière de Barcelone, Jordi Mestre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 03.12.2020 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franchement je parle pour beaucoup de gens "normaux" je crois, on a pas envie de se "réinventer"! On a juste envie de vivre à nouveau comme avant le virus chinois, c'est tout!

  • Pit vun Uespelt le 03.12.2020 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour Barcelone qui était victime d'un tourisme incontrôlable que les locaux plaignaient, ce n'est pas si mauvaise nouvelle qu'on pense. Déjà les locaux pouvaient découvrir à nouveau leur ville aussi normale, sans touristes !

  • Gargamel le 04.12.2020 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, les temps sont durs, c'est ce que faisaient aussi certains hotels de passe pendant les crises du siècle dernier!

Les derniers commentaires

  • Gargamel le 04.12.2020 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, les temps sont durs, c'est ce que faisaient aussi certains hotels de passe pendant les crises du siècle dernier!

  • Pit vun Uespelt le 03.12.2020 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour Barcelone qui était victime d'un tourisme incontrôlable que les locaux plaignaient, ce n'est pas si mauvaise nouvelle qu'on pense. Déjà les locaux pouvaient découvrir à nouveau leur ville aussi normale, sans touristes !

  • Unicorn le 03.12.2020 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franchement je parle pour beaucoup de gens "normaux" je crois, on a pas envie de se "réinventer"! On a juste envie de vivre à nouveau comme avant le virus chinois, c'est tout!

    • Nino dit oui le 03.12.2020 18:28 Report dénoncer ce commentaire

      Franchement... il faut TOUT réinventer, après dans quelques années de transition, tout ira smooth

    • Frencie le 04.12.2020 09:45 Report dénoncer ce commentaire

      Quand souffle le vent du changement, soit je construis des murs, soit des moulins à vent