En France

09 avril 2020 14:16; Act: 09.04.2020 14:50 Print

Démissionnaires, ils toucheront le chômage

Les salariés ayant démissionné juste avant le confinement lié au coronavirus parce qu'ils avaient une promesse d'emploi, pourront bénéficier de l'assurance chômage.

storybild

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a précisé qu'elle travaillait à un décret complémentaire, qui précisera le cadre d'indemnisation des parents contraints de se mettre en arrêt pour garder leurs enfants. (photo: AFP/Ludovic Marin)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'était un trou dans la raquette qui nous a été remonté du terrain. Ceux qui avaient démissionné peu de temps avant le confinement, avant le 17 mars, et qui avaient une promesse d'embauche, en CDI, en CDD, se retrouvaient souvent entre deux chaises et franchement pénalisés», a dit Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, sur RMC et BFMTV. «Avec Pôle emploi et l'Unédic, j'ai décidé que nous les prendrions en compte au titre du chômage», a-t-elle annoncé.

En outre, la ministre a actualisé le chiffre, en constante progression, des salariés pour lesquels leur entreprise a demandé le chômage partiel: ils sont désormais 6,9 millions, un nouveau record, sur près de 20 millions de salariés du privés. Au total, 628 000 entreprises ont recouru à ce dispositif, qui permet au salarié d'être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net.

Améliorer l'indemnisation des indépendants

Le coût, partagé entre l'État et l'Unédic, l'organisme qui gère l'assurance chômage, «sera très important, de plus de 20 milliards d'euros», a précisé Mme Pénicaud. «C'est un investissement qui vaut la peine» car il évite des licenciements massifs, a-t-elle réaffirmé. La ministre a appelé les grandes entreprises à faire preuve de «civisme», «quand elles ont les reins solides», et ne pas demander de remboursement à l'État quand elle font appel au chômage partiel, donnant l'exemple de Schneider Electric.

Selon le site d'informations sociales AEF info, le gouvernement réfléchit à des exonérations pour ces entreprises. Le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher, cité par ce site, a affirmé mercredi que le chômage partiel, les reports de charges, les dégrèvements d'impôts et les éventuelles faillites d'entreprises auront un coût «pour la Nation française. Cela sera historique et supérieur à 100 milliards d'euros de très, très loin».

La ministre a également indiqué que le gouvernement réfléchissait à améliorer l'indemnisation des indépendants, qui peuvent actuellement déjà recourir au fonds de solidarité. «On envisage d'aller au-delà des 1 500 euros d'indemnités pour eux parce que pour certains, c'est très difficile».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.