Crise financière de 2008

02 septembre 2018 11:54; Act: 03.09.2018 12:45 Print

Des familles islandaises toujours endettées

De nombreux Islandais qui avaient acheté leur logement à crédit via des prêts toxiques ont vu leurs mensualités exploser depuis la cessation de paiement des banques en 2008.

storybild

Une manifestation contre les effets de la crise financière en Islande, le 20 janvier 2009, à Reykjavík.

Dix ans après la crise financière, des familles islandaises continuent de se saigner aux quatre veines pour sauver leur logement, acheté à crédit via des prêts en tout point toxiques. Sous la menace d'une expulsion depuis 2012, Ásthildur Thórsdóttir et Hafthór Ólafsson ont sacrifié un temps incalculable et beaucoup d'argent pour garder leur maison. «Je ne sais pas si j'aurais commencé ce combat si j'avais su tout ce que cela nous coûterait», lâche, désabusée, Ásthildur, professeur de grammaire de 51 ans.

Soucieux de l'épanouissement de leurs deux enfants alors en primaire, le couple voulait plus d'espace que leur appartement de deux chambres en périphérie de Reykjavík. Les prix sur le marché de l'immobilier grimpant en flèche, ils franchissent le pas mi-2007 et acquièrent une belle maison de 165 m² pour 55,4 millions de couronnes (environ 660 000 euros) dans un paisible quartier résidentiel de la capitale. Ils s'endettent pour 40 ans. Leur prêt de 30,4 millions de couronnes est indexé sur le franc suisse et le yen, historiquement stables. «Ce genre de crédit était recommandé par tout le monde: les banques, les agents immobiliers...», explique Hafthór, 54 ans, vendeur d'équipements audio et vidéo.

Près de 6 000 Islandais ont perdu leur maison

«Nous avions examiné le taux de change sur les 15 années précédentes et nous avions estimé que nous pouvions facilement gérer jusqu'à 30% de fluctuations», renchérit Ásthildur. Un an plus tard, en octobre 2008, les banques islandaises sont en cessation de paiement, entraînant le pays tout entier dans leur chute. Selon une enquête de 2011 de l'Association islandaise des services financiers (SFF), 70 000 Islandais (sur une population de 318 000) ont souscrit des prêts aux taux alléchants pour s'offrir un 4x4, changer de maison ou partir en vacances.

Mais en quelques mois, la couronne islandaise s'effondre de plus de 50%, faisant décoller l'inflation jusqu'à 18%. Les ménages, dont les crédits sont indexés soit sur l'évolution des prix soit sur les devises étrangères, voient leurs mensualités exploser. «L'emprunt a plus que doublé et est monté jusqu'à 74 millions de couronnes, dépassant même la valeur de la maison», se souvient Hafthór. En juin 2010, la Cour suprême statue que les prêts indexés sur des devises étrangères étaient illégaux et que les familles ne sont plus tenues de rembourser la part liée aux pertes de change. S'engage alors une bataille judiciaire pour les familles assignées par les banques. Une solution est trouvée pour une vaste majorité de propriétaires ayant souscrit à ces emprunts.

«La plupart des prêts ont été réévalués à la baisse, permettant ainsi que ce poids énorme soit retiré aux foyers islandais», indique Katrín Júlíusdottir, directrice générale de la SFF. Le coût pour les banques est d'environ 200 milliards de couronnes, soit à cette époque environ 10 à 15% du PIB, et d'un peu plus 100 milliards de couronnes pour le gouvernement. L'endettement des ménages, supérieur à 120% du PIB en 2009, tombe à moins de 80% en 2017, selon un rapport du gouvernement publié en début d'année. Mais près de 6 000 Islandais ont perdu leur maison après adjudication entre 2008 et 2015, selon des chiffres rendus publics par le Parlement. Sans compter ceux qui ont dû s'en séparer pour payer leur dette et qu'aucune statistique officielle ne peut répertorier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Paul B le 02.09.2018 12:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce scénario peut se répéter dans n'importe quel pays a tout moment. On a tendance a oublié un peu vite

  • Odin le 02.09.2018 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela arrivera peut être chez nous aussi !!!!

  • capitaine_obvious le 02.09.2018 14:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas faux, étonnant d’en entendre si peu parlé d’ailleurs. C’est d’ailleurs bien un des avantages indéniable qu’a l’Europe par contre, d’avoir une monnaie dont la stabilité est assurée par un ensemble de pays!

Les derniers commentaires

  • Gael Leveau le 03.09.2018 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    J'aime l'Islande.

  • Jmj le 03.09.2018 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne parle pas de risque je parle de valeur une maison aujourd'hui acheter 700000€ à 1,000% et demain à exemple 10% à combien vous aller la revendre achat impossible pou l'acheteur a un taux pareille pour vendre c'est pas un plus valut mais une perte de 200000€* réfléchisser??? Vous prouvez penser il raconte n'importe quoi ?????? Bonne chance

  • Guy Chevert le 03.09.2018 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    Le seul garde-fou mis en place au niveau européen c'est le taux de fonds propres minimum exigé de la part des banques. Malgré cela les risques existent pour la quasi-totalité des pays membres.

    • @Guy Chevert le 03.09.2018 13:12 Report dénoncer ce commentaire

      vous rigolez? Ce taux de fonds est beaucoup trop bas, c'est du n'importe quoi!

  • jmj le 03.09.2018 05:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un jour le taux des prêts va repartir à la hausse comme ca le fait à peu prêt tout les 20 ans alors toute ces maisons vendues à prix d'or à causse des taux 1,0000 annee 1999 taux 17% voix maison seront invendables

  • Odin le 02.09.2018 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela arrivera peut être chez nous aussi !!!!

    • Real le 03.09.2018 08:17 Report dénoncer ce commentaire

      Oui mais l'euro est quand même une monnaie beaucoup plus forte que la couronne islandaise.

    • GG57 le 03.09.2018 09:04 Report dénoncer ce commentaire

      et ici on a quand même le taux fixe. Ce n'est pas sans risque si l'Euro est dévalué, mais ça peut ralentir un peu la chute