En Chine

02 mars 2020 09:34; Act: 02.03.2020 09:47 Print

Des Ouïghours au service de grandes marques?

Apple, Adidas, BMW... Des usines fournissant au moins 80 des plus grandes marques mondiales auraient recours au travail forcé des Ouïghours, indique un rapport.

storybild

Des ouvriers de l'usines Zhejiang Xuda Shoes Co. en pause déjeuner, dans la ville de Wenzhou, le 27 février dernier. (photo: AFP/Noel Celis)

Sur ce sujet
Une faute?

La Chine a transféré des dizaines de milliers de membres de la minorité musulmane ouïghour, détenus dans des camps d'internement, vers des usines fournissant au moins 80 des plus grandes marques mondiales, affirme lundi, un centre de réflexion australien, dans un rapport détaillé. Entre 2017 et 2019, plus de 80 000 Ouïghours, détenus dans la région du Xinjiang (nord-ouest), ont été transférés dans des usines «appartenant aux chaînes d'approvisionnement de 83 marques connues mondialement dans la technologie, le textile et l'automobile», affirme l'Institut australien de stratégie politique (ASPI).

«Des usines recourent au travail forcé des Ouïghours dans le cadre d'un mécanisme de transfert encadré par l’État (chinois), ce qui entache des chaînes de production à l'échelle mondiale», insiste-t-il dans un volumineux rapport de 56 pages. Parmi les marques épinglées se trouvent des grands noms de l'électronique (Apple, Sony, Samsung, Microsoft, Nokia...), du textile (Adidas, Lacoste, Gap, Nike, Puma, Uniqlo, H&M...) ou encore de l'automobile (BMW, Volkswagen, Mercedes-Benz, Land Rover, Jaguar...).

«Centres de formation professionnelle»

De grands groupes chinois sont aussi recensés, parmi lesquels des constructeurs automobiles, mais aussi des fleurons technologiques comme Haier (électroménager), Huawei ou Oppo (smartphones). Les autorités chinoises ont engagé au Xinjiang une politique de sécurité maximale en réponse aux violences inter-ethniques ayant ensanglanté la vaste région ces dernières années, souvent imputées par les autorités à des séparatistes ouïghours. Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme accusent la Chine d'avoir interné au Xinjiang au moins un million de musulmans dans des «camps de rééducation». Pékin dément ce chiffre et parle de «centres de formation professionnelle» destinés à soutenir l'emploi et à combattre l'extrémisme religieux.

Or, selon le rapport du think-tank australien, les ouvriers ouïghours transférés dans des usines dans le reste de la Chine restent privés de liberté et contraints de travailler sous étroite surveillance. «Les entreprises bénéficiant du travail forcé des Ouïghours dans leur chaîne de production enfreignent les lois qui interdisent l'importation de biens produits en ayant recours au travail forcé», note-t-il. Le rapport appelle les groupes épinglés à «conduire des enquêtes immédiates et approfondies sur le respect des droits de l'homme dans les usines les fournissant en Chine, y compris avec des inspections et des audits indépendants et rigoureux».

L'AFP a contacté certaines des entreprises concernées par cette accusation. Les autorités du Xinjiang et le ministère des Affaires étrangères n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour réagir. Officiellement, le gouvernement reconnaît transférer des «forces de travail excédentaires» du Xinjiang vers d'autres régions au nom de la lutte contre la pauvreté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marina le 02.03.2020 09:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La dictature chinoise détruit les emplois en Occident , honteux ! Il faut sanctions contre eux !

  • Joker le 02.03.2020 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et nous qui continuons a enrichir ces chinois qui ne pensent qu'a eux et méprise le monde !

  • Il serait plus juste de dire le 02.03.2020 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    Des Ouïghours exploités par des grandes marques... Vous avez une notion relativement partiale du terme "au service de"!

Les derniers commentaires

  • Vindulux le 03.03.2020 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    Comment pouvez vous croire qu'un vêtement acheté 10 € dans un supermarché luxembourgeois a été fabriqué au luxembourg par un ouvrier payé au salaire minimum et que l'usine de teinture n'a pas polluée l'Alzette?

  • Nathielux le 03.03.2020 09:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Chine exploite, pollue, permet d enrichir les plus riche détruit nos emplois à cause ou grâce aux consommateurs compulsifs que nous sommes. Aujourd’hui il faut un peu réfléchir avant d acheter. Achetons moins mais mieux......

  • pep le 02.03.2020 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut d’abord avoir de sanctionner fortement les marques et les financiers profitant de cela

  • Cicéron Ortolano le 02.03.2020 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Il était évident que l'abolition de l'esclavage était une grave erreur.

  • Il serait plus juste de dire le 02.03.2020 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    Des Ouïghours exploités par des grandes marques... Vous avez une notion relativement partiale du terme "au service de"!