Projet monétaire

30 juin 2019 15:32; Act: 01.07.2019 13:04 Print

Des pays d'Afrique veulent une monnaie commune

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest espère lancer, dès 2020, une monnaie commune à 15 pays, qui prendrait le nom d'Eco.

storybild

Quinze pays africains veulent créer une puissante monnaie régionale. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Les chefs d'État et de gouvernement de la Cédéao, réunis samedi à Abuja, ont adopté formellement le nom d'Eco pour le projet de monnaie unique en Afrique de l'Ouest, dont ils souhaitent la création dès 2020. «Eco a été adopté comme le nom de la monnaie unique de la Cédéao» (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest), est-il stipulé dans la déclaration finale de cette rencontre entre représentants des quinze pays membres de l'organisation.

Ce nom avait déjà été évoqué à l'occasion d'une rencontre du comité interministériel des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales de la zone mi-juin à Abidjan (Côte d'Ivoire), tout comme la date de 2020 pour le début de l'implantation. Le communiqué final adopté samedi à Abuja «réaffirme l'approche graduée (pour l'adoption) de la monnaie unique en commençant par les pays qui atteignent les critères de convergence» (inflation, déficit budgétaire, etc), déjà évoqués lors de rencontres préparatoires.

Le principe d'un régime de change flexible et une politique monétaire centrée sur la maîtrise de l'inflation ont également été formellement adoptés. Discutée depuis une trentaine d'années, cette monnaie unique entre les quinze pays qui forment la Cédéao (dont huit utilisent le franc CFA, arrimé à l'euro selon une parité fixe garantie par la France, ancien colonisateur de la région) est vue comme un pari risqué par nombre d'analystes, mais serait un symbole politique fort.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bon courage le 01.07.2019 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le dernier qui avait ce projet pour l'Afrique, c'était Kadhafi... Espérons une fin plus heureuse cette fois et moins d'ingérence.

  • Claude le 01.07.2019 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être le "Beki" ?

  • Chu le 02.07.2019 05:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vu la vitesse à laquelle les planches à billet tournent autour du monde, et les taux négatifs qui en résultent : Soyez certain que les performances économiques ne dureront plus très longtemps.

Les derniers commentaires

  • Chu le 02.07.2019 05:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vu la vitesse à laquelle les planches à billet tournent autour du monde, et les taux négatifs qui en résultent : Soyez certain que les performances économiques ne dureront plus très longtemps.

  • Claude le 01.07.2019 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être le "Beki" ?

  • Cryptoooo le 01.07.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    Une crypto pourrait leur changer la vie. Beaucoup moins cher à maintenir, à mettre en place. Il y a le choix.

  • dollards le 01.07.2019 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    ils devraient prendre l'euro afin d'avoir une monnaie plus forte sur le marche et de pouvoir faire face a la chine, les USA etc... et peut etre ainsi on arretera de tout negocier en dollards

  • Nicolas le 01.07.2019 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    Gardez votre monnaie national et utilisez uniquement votre monnaie national, ne faites pas comme nous.