Dieselgate

20 mai 2020 11:35; Act: 20.05.2020 13:26 Print

Deux patrons de Volkswagen évitent un procès

Herbert Diess, PDG de Volkswagen, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, vont payer 9 millions d’euros pour se soustraire à la justice.

storybild

Herbert Diess (à droite), PDG de Volkswagen, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, en avril 2018. (photo: AFP/odd Andersen)

Sur ce sujet
Une faute?

Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d’une procédure pénale particulièrement sensible visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre un payement de 9 millions d’euros. Renvoyés en septembre 2019 pour manipulation des marchés financiers dans le cadre du «dieselgate», Herbert Diess, PDG de Volkswagen depuis avril 2018, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, vont finalement éviter un procès après un accord avec le procureur de Brunswick (nord).

«Le conseil de surveillance salue la fin de la procédure», a indiqué mardi soir un porte-parole du groupe, confirmant l’accord. Volkswagen prendra en charge le paiement de 4,5 millions d’euros par mis en cause, car il n’a pas identifié de «manquements aux devoirs envers l’entreprise» de la part des deux dirigeants, accusés d’avoir informé trop tard les investisseurs de la fraude sur les voitures diesel, a ajouté cette source.

Scandale tentaculaire

Il ne s’agit que d’une des multiples procédures liées à ce scandale tentaculaire. Il avait éclaté en septembre 2015, quand Volkswagen avait reconnu avoir truqué 11 millions de véhicules avec un logiciel capable de les faire apparaître moins polluants lors de tests en laboratoire que sur les routes, révélation qui avait fait chuter le cours de l’action VW en Bourse. Pour le groupe, cette enquête pénale contre ses actuels dirigeants était une des plus délicates: il s’agissait notamment de déterminer à quel moment le directoire avait été informé de la triche et des risques qui en découlaient.

«Lors du renvoi en septembre 2019 comme aujourd'hui, les conseillers juridiques et les représentants de l’entreprise estiment que les accusations contre M. Pötsch et M. Diess sont sans fondement», précise le groupe, dans un communiqué. «Il est dans l’intérêt de l’entreprise de mettre fin à ces procédures». Herbert Diess était à la tête de la marque phare VW et Hans Dieter Pötsch directeur financier le 18 septembre 2015, quand les révélations des autorités américaines avaient plongé l’industrie automobile allemande, pilier de l’économie du pays, dans une crise inouïe qui la poursuit jusqu'à aujourd'hui.

Volkswagen a toujours soutenu que le directoire n’avait eu connaissance de l’ampleur totale des risques juridiques et financiers qu’à ce moment et a donc respecté ses obligations de communication financière. Le patron de l’époque, Martin Winterkorn, avait lui aussi été renvoyé en septembre dernier pour «manipulation du cours de Bourse», en plus d’un renvoi précédent pour «fraude aggravée». L’ex-patron reste sous la menace d’un procès, son cas n’étant pas couvert par l’accord annoncé mardi. Mais pour le volet lié aux marchés financiers, un dénouement semblable pourrait également intervenir bientôt, selon la presse allemande.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justice à deux vitesses le 20.05.2020 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce cela notre justice ? On permet à des justiciables de s'y soustraire moyennant finance ? Donc en généralisant, si on n'a pas les moyens, on se retrouve au tribunal, si on peut payer on s'en sort avec un casier vierge. Je ne crois plus en la justice qui ne me semble que profiter à une classe privilégiée...

  • Red connection le 20.05.2020 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca sent un peu mafieux tout ca.

  • Pas de sanctions = récidives le 20.05.2020 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    Si à chaque fois qu'il y a un scandale, il n'y a pas de sanctions sévères et exemplaires contre les responsables et les personnes qui ont étouffé l'affaire, comment voulez-vous qu'il n'y ait pas de récidive? Il y a de nombreux cas dans lesquels ces responsables directs et indirects s'en sont sortis sans sanctions (ex. big boss de l'industrie de tabac qui ont mentis sous serment devant le congrès américain, grands responsables d'associations sportives qui ont étouffé des affaires de violences sexuelles sur mineurs, etc.). L'être humain n'apprend vraiment pas de ses erreurs...

Les derniers commentaires

  • luxo le 21.05.2020 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et en plus c’est la société qui paye !

  • Steph le 21.05.2020 00:33 Report dénoncer ce commentaire

    C’est injuste. Quand je pense qu’ils utilisent ses singes pour tester les effets des gaz d’echappement... ca me degoute.

  • Pas de sanctions = récidives le 20.05.2020 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    Si à chaque fois qu'il y a un scandale, il n'y a pas de sanctions sévères et exemplaires contre les responsables et les personnes qui ont étouffé l'affaire, comment voulez-vous qu'il n'y ait pas de récidive? Il y a de nombreux cas dans lesquels ces responsables directs et indirects s'en sont sortis sans sanctions (ex. big boss de l'industrie de tabac qui ont mentis sous serment devant le congrès américain, grands responsables d'associations sportives qui ont étouffé des affaires de violences sexuelles sur mineurs, etc.). L'être humain n'apprend vraiment pas de ses erreurs...

  • Diane D le 20.05.2020 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vraiment honteux ! Qu’ils paient aux clients européens ce qu’ils ont payé aux clients américains !

  • Justice à deux vitesses le 20.05.2020 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce cela notre justice ? On permet à des justiciables de s'y soustraire moyennant finance ? Donc en généralisant, si on n'a pas les moyens, on se retrouve au tribunal, si on peut payer on s'en sort avec un casier vierge. Je ne crois plus en la justice qui ne me semble que profiter à une classe privilégiée...

    • nimp le 20.05.2020 17:17 Report dénoncer ce commentaire

      Et le pire, c'est financé par Volkswagen, et même pas par les coupables à titre personnel. C'est un peu trop léger tout ça. USA et europe, deux poids et deux mesures, pourquoi ?