Coronavirus

30 septembre 2020 06:19; Act: 30.09.2020 10:34 Print

Disney supprime 28 000 emplois aux États-​​Unis

«L’impact prolongé du Covid-19» sur ses parcs d’attractions, avec la fermeture de Disneyland en Californie, a poussé Disney à prendre cette décision.

storybild

Sur les 28 000 salariés concernés, 67% étaient employés à temps partiel, a précisé Disney. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Disney a annoncé mardi la suppression de 28 000 emplois aux États-Unis dans ses activités liées aux parcs d’attractions, invoquant l’impact de la pandémie sur ses recettes et particulièrement la fermeture de Disneyland, depuis plus de six mois.

Environ les deux-tiers des salariés concernés sont employés à temps partiel, assure Disney, qui comptait 223 000 employés au 31 décembre 2019. La décision vient de «l’impact prolongé du Covid-19 sur nos affaires, y compris les réductions de capacité sur les sites, en lien avec la distanciation physique, et les incertitudes sur la durée de la pandémie», justifie le numéro un mondial du divertissement, dans un communiqué.

Des incertitudes «exacerbées par le refus de la Californie de lever les restrictions qui permettraient de rouvrir Disneyland», situé à Anaheim, près de Los Angeles, accuse Josh D’Amaro, qui préside chez Disney les activités englobant les parcs d’attractions, les croisières, l’événementiel et les produits dérivés.

Disneyland est le deuxième parc d’attractions le plus visité au monde, derrière Disney World à Orlando (Floride), qui a déjà rouvert en juillet avec une jauge limitée. D’autres parcs Disney ont également rouvert en Asie ou à Paris. La petite souris attire habituellement des millions de touristes chaque année dans son parc californien, officiellement baptisé «l’endroit le plus heureux sur Terre».

Le parc Disneyland avait initialement prévu de rouvrir progressivement à partir du 17 juillet, mais a dû y renoncer faute d’avoir reçu le feu vert des autorités locales, qui ont maintenu en place des restrictions sanitaires en raison d’un regain de l’épidémie de coronavirus. À ce jour, quelque 805 000 cas de Covid-19 ont été recensés en Californie, l’État américain le plus peuplé.

Une chute de 85%

Quand les parcs d’attractions ont dû fermer, comme la plupart des établissements culturels, «nous avions espéré un rapide retour à la normale», note Josh D’Amaro, le président de l’activité «parcs, expériences et produits», dans une lettre à ses employés. «Sept mois plus tard, force est de constater que ça n’a pas été possible».

La semaine dernière, Josh D’Amaro avait averti le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, que faute «de nous aider à rouvrir», des dizaines de milliers de salariés de Disneyland allaient se retrouver privés d’emploi. «Plus nous attendons, plus dévastateur sera l’impact» sur les populations locales, avait-il dit, appelant les autorités californiennes à «traiter les parcs d’attractions de la même manière que les autres secteurs».

Bien que la progression de la pandémie se soit stabilisée en Californie, de nombreux secteurs économiques ne sont pas encore autorisés à accueillir du public dans des lieux clos, parmi lesquels les nombreux parcs à thème du sud de l’État. Le gouverneur Newsom a récemment promis qu’il publierait «prochainement» les critères sanitaires à respecter dans ces domaines d’activité.

D’avril à juin 2020, Disney a récolté 11,8 milliards de dollars de recettes, moitié moins qu’il y a un an. Sur le troisième trimestre de son exercice décalé, l’empire du divertissement a accusé une perte nette de 4,7 milliards de dollars. Seule sa branche de streaming a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 2019, grâce à la hausse considérable du nombre d’abonnés payants sur ses différentes plateformes (Disney+, ESPN+ et Hulu), dopées par le confinement.

Sur la même période, l’activité des parcs et événementiel a elle plongé de 85%, à 983 millions de dollars. «Depuis plusieurs mois, notre équipe de ressources humaines a travaillé sans relâche pour éviter de devoir nous séparer de quiconque», a ajouté Josh D’Amaro. «Nous avons réduit les dépenses, suspendu des projets importants, mis au chômage technique les comédiens et rendu nos opérations plus efficaces, mais nous ne pouvons pas garder tous nos employés en ouvrant avec des capacités aussi limitées».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fatality le 30.09.2020 07:07 Report dénoncer ce commentaire

    Les employés se sont fait "Mickey"

  • Dejan le 30.09.2020 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    Une aubaine de "virus" pour virer les gens.

  • red taz on le 30.09.2020 09:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    honteux vu les milliards engrengee depuis 60 ans.

Les derniers commentaires

  • Dejan le 30.09.2020 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    Une aubaine de "virus" pour virer les gens.

  • red taz on le 30.09.2020 09:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    honteux vu les milliards engrengee depuis 60 ans.

  • Rvolt le 30.09.2020 09:02 Report dénoncer ce commentaire

    Pfff réaliser quasi 12 milliards de recette mais pas pouvoir garantir un emploi stable, sûrement sous-payé à toutes ces petites mains de la souris, sérieusement Disney ne vend plus du rêve.... vive ce monde de pognon pognon pognon...

  • Fatality le 30.09.2020 07:07 Report dénoncer ce commentaire

    Les employés se sont fait "Mickey"

    • John Doe le 30.09.2020 13:12 Report dénoncer ce commentaire

      le jeux de mot est pas mal, mais je n'aimerais pas être à leur place. Car oui, licenciement ici aussi, il y aura.