Sanctions économiques

18 avril 2019 12:25; Act: 18.04.2019 15:05 Print

Donald Trump augmente la pression sur Cuba

Malgré les protestations de l'Union européenne et du Canada, Washington accentue la pression économique sur La Havane.

storybild

John Bolton, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche.

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a nettement accentué mercredi la pression économique sur Cuba en limitant les voyages et les transferts d'argent américains, tout en ouvrant la voie à des milliers d'actions en justice contre des entreprises étrangères présentes sur l'île socialiste, une décision jugée «regrettable» par l'Union européenne et le Canada. La Maison-Blanche a du même coup déployé une batterie de sanctions à l'encontre du Venezuela et du Nicaragua, affirmant que Donald Trump prenait, en agissant contre ces gouvernements, «la défense de la démocratie et des droits humains» en Amérique latine.

Faisant fi des menaces de représailles commerciales lancées par l'Union européenne, premier partenaire économique de La Havane, Washington a encore plus nettement tourné le dos au rapprochement entamé sous le mandat du président démocrate Barack Obama. «Nous soutenons les patriotes pro-liberté de cette région», a déclaré le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, sous les applaudissements nourris d'élus d'origine cubaine et d'exilés qui avaient participé au débarquement de la Baie des Cochons, rassemblés à Miami. Washington avait en effet justement choisi le jour anniversaire - le 17 avril 1961 - de cette tentative d'invasion américaine qui s'était soldée par une défaite cinglante, pour faire ces annonces.

L'UE juge la décision «regrettable»

«Ces nouvelles mesures vont aider à maintenir les dollars américains à distance du régime cubain», a insisté John Bolton. Plus tôt, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait annoncé que les États-Unis appliqueraient, à partir du 2 mai, le chapitre III de la loi Helms-Burton, datant de 1996. Suspendue depuis plus de deux décennies par les présidents américains - démocrates comme républicains - pour justement ne pas froisser leurs alliés, cette loi doit permettre, notamment aux exilés cubains, de poursuivre devant les tribunaux fédéraux américains les entreprises qui ont réalisé des gains grâce à des sociétés nationalisées après la révolution de 1959. «C'est une attaque au droit international et à la souveraineté de Cuba et d’États tiers», a réagi le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez.

L'UE, également premier investisseur étranger sur l'île, et le Canada, ont jugé cette décision «regrettable». Elle aura un «impact important» sur leurs entreprises, ont déploré la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström, la chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et la ministre des Affaires étrangères du Canada Chrystia Freeland. Selon le Conseil économique et commercial des États-Unis et de Cuba, les plaintes pourraient possiblement viser les compagnies aériennes américaines Delta, American Airlines et United, des chaînes hôtelières comme Marriott et Accor et d'autres firmes comme Pernod Ricard et Huawei. Le conflit pourrait atterrir devant l'Organisation mondiale du commerce.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Une autre vision le 18.04.2019 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    Si cela va à l’encontre des règles internationales, les institutions internationales devraient condamner les US pour leurs pratiques d’impérialisme économique et non aux autres à subir leurs dictats comme c’est trop souvent le cas! Après ils s’étonnent : « ho mais c’est incompréhensible, nous amenons la démocratie et l’abondance économique, comment pouvons-nous avoir des ennemis? » Dit autrement, ils imposent leurs règles par soumission! Là, c’est tout de suite moins poétique non?!

  • fre le 18.04.2019 14:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est une honte que cet « homme » sanctionne tout un pays tout un peuple par sa simple bêtise et méconnaissance de l histoire A l époque de la guerre froide ... soit mais aujourd’hui.... et l Europe trouve cela « regrettable ». ... une fois de plus l Europe se montre dans sa toute puissance

  • Sergio le 20.04.2019 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    Encore un prétexte pour infliger des "amendes" en milliards de dollars aux entreprises de l'UE. Qu'est ce qu'on attend pour se défendre ? Ah oui, il faut que l'opinion publique comprenne (enfin) ce que sont devenus les USA aujourd'hui.

Les derniers commentaires

  • Sergio le 20.04.2019 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    Encore un prétexte pour infliger des "amendes" en milliards de dollars aux entreprises de l'UE. Qu'est ce qu'on attend pour se défendre ? Ah oui, il faut que l'opinion publique comprenne (enfin) ce que sont devenus les USA aujourd'hui.

  • fidelOpost le 18.04.2019 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Revisionniste? Expropriation = indemnisation. Veuillez réviser les faits de la révolution cubaine, les demandes légales des expropriés et le droit international.

  • Jean-Eude Maurice le 18.04.2019 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @fidelopost L’histoire commence en 1959? Ce genre de posture est dans la bonne lignée révisionniste...

  • fidelOpost le 18.04.2019 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reprenons l histoire depuis le debut en 1959 lorsque les communistes ont nationalisé toutes les entreprises, pris possession des entreprises etrangères ainsi que les terrains sur lequelles elles étaient baties, pris possesions des maisons et propriétés de ceux qui ont du fuire Cuba...aujourd hui, 60 ans plus tard, les anciens propriétaires ont tous les droits de récupérer leurs biens et faire payer ceux qui profitent de leurs terrains ou immeubles sachant que ceux ci n appartiennent pas au gouvernement cubain et font l objet d une demande legale. Imaginez que cela vous arrive, vous defendriez vos droits pour récuperer vos biens n est ce pas?

  • fre le 18.04.2019 14:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est une honte que cet « homme » sanctionne tout un pays tout un peuple par sa simple bêtise et méconnaissance de l histoire A l époque de la guerre froide ... soit mais aujourd’hui.... et l Europe trouve cela « regrettable ». ... une fois de plus l Europe se montre dans sa toute puissance