Commerce

29 juillet 2019 08:05; Act: 29.07.2019 10:25 Print

Donald Trump demande à l'OMC d'évoluer

Donald Trump, qui apprécie peu l'OMC, a dénoncé le statut de pays en développement donné à des pays comme la Chine.

storybild

Le siège de l'OMC, à Genève, en 2018.

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a laissé 90 jours à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour régler le problème de pays membres qui, selon les États-Unis, usurpent leur statut de pays en développement pour en tirer un avantage économique, à commencer par la Chine.

Si les réformes exigées par le locataire de la Maison-Blanche ne sont pas mises en œuvre dans les délais, le Représentant américain au commerce (USTR) aura autorité pour «ne plus traiter les pays en voie de développement tel que définis par l'OMC», dès lors qu'il jugera qu'un pays «profite indûment des avantages conférés par ce statut», souligne le texte du memorandum, signé vendredi par le président.

«L'OMC est CASSÉ quand les pays les plus RICHES affirment être des pays en voie de développement pour échapper aux règles de l'OMC et bénéficier d'un traitement de faveur. PLUS maintenant!!!», a, comme d'habitude, tweeté le président dans la foulée de la publication du memorandum.

«Pendant trop longtemps, des pays riches ont abusé de l'OMC par le biais d'un traitement spécial et différencié», a commenté l'USTR, Robert Lighthizer, dans un communiqué. «Cette injustice désavantage les Américains qui respectent les règles, sape les négociations à l'OMC et crée des conditions de jeu inégales», a-t-il ajouté.

L'USTR devra toutefois consulter d'autres agences fédérales - conseillers économiques et de la sécurité de la Maison-Blanche - avant de passer à l'acte. Robert Lighthizer devra informer le président sur les progrès ou non en matière de réforme, 60 jours après la publication du document.

(L'essentiel/afp)