Espace

26 mai 2020 07:51; Act: 26.05.2020 10:42 Print

Elon et Gwynne, le duo qui fait voler SpaceX

Elon Musk, fondateur de SpaceX, dirige avec son bras droit Gwynne Shotwell la société qui n’a pas encore 20 ans.

storybild

Elon Musk: «Nous nous étions lancés avec une poignée de gens, qui ne savaient pas vraiment faire de fusées». AFP

Sur ce sujet
Une faute?

La Space Exploration Technologies Corp., communément appelée SpaceX doit envoyer mercredi deux astronautes dans l’espace. La société n’a pas 20 ans mais déjà un mythe fondateur. C’était le 28 septembre 2008, jour du quatrième lancement de sa première fusée, Falcon 1.

«J’avais raté les trois premiers lancements, ils avaient échoué. Heureusement le quatrième, dans lequel on avait mis tout l’argent qui nous restait, a marché sinon on aurait mis la clé sous la porte. La fortune nous a souri ce jour-là», a raconté Elon Musk, fondateur et «ingénieur en chef» de SpaceX, en 2017. «Nous nous étions lancés avec une poignée de gens, qui ne savaient pas vraiment faire de fusées. J’ai fini ingénieur en chef non par envie, mais parce que je n’arrivais à embaucher personne, les bons refusaient», a raconté le patron.

Né en Afrique du Sud, il a immigré à 17 ans au Canada puis aux États-Unis, où il finit par faire fortune dans la Silicon Valley grâce à la start-up PayPal. La vocation de SpaceX, quand il dépose ses statuts le 14 mars 2002, est de construire des fusées low-cost, pour aller un jour sur Mars, et au-delà.

Exécuter la vision

La onzième salariée embauchée cette année-là se révélera être quelqu’un de bon: Gwynne Shotwell, chargée du développement commercial, s’imposera comme l’indispensable bras droit d’Elon – dans le milieu spatial, on les appelle par leurs prénoms.

«Elon a la vision mais il fallait quelqu’un pour exécuter cette vision, ce qui est le travail de Gwynne», dit Scott Hubbard, professeur à Stanford et ancien directeur du centre Ames de la Nasa, qui a rencontré Elon Musk en 2001, quand l’entrepreneur trentenaire faisait ses premiers pas dans le spatial.

Devenue présidente et directrice opérationnelle en 2008, Gwynne Shotwell, 56 ans, se qualifie de «nerd». Diplômée en ingénierie mécanique de l’université Northwestern, elle a été élue en février à l’Académie américaine d’ingénierie. Quand Elon discourt sur la colonisation de Mars, c’est Gwynne qui assure les présentations commerciales et décroche les contrats. «Je n’ai absolument aucune fibre créative», a-t-elle expliqué en 2013 à une historienne de la NASA. «Je suis une analyste, mais j’adore cela».

Des fusées réutilisables

L’équipe commence à devenir crédible en 2006. SpaceX n’a que 80 salariés (contre 8 000 aujourd’hui) et n’a jamais atteint l’orbite. La NASA lui accorde un premier contrat dans l’optique de ravitailler la Station spatiale internationale. «Tout le monde est devenu fou», a dit Gwynne Shotwell.

SpaceX réussit en 2012: sa capsule Dragon s’amarre à l’ISS, première société privée à le faire. En 2015, après de multiples échecs (spectacles souvent retransmis sur Internet), elle fait réatterrir le premier étage de sa fusée Falcon 9, successeur de Falcon 1: l’ère des fusées non jetables s’ouvre.

«Falcon 9 est plus simple et moins chère», explique Glenn Lightsey, professeur d’ingénierie à l’université Georgia Tech. Elles sont construites entièrement sous un même toit, à Hawthorne dans l’agglomération de Los Angeles, rompant avec le modèle des longues chaînes logistiques des géants comme Boeing et Lockheed Martin.

La formule SpaceX séduit les clients: depuis trois ans, SpaceX lance plus de fusées qu’Arianespace. En 2018, elle en a lancé plus que la Russie. Pour un opérateur, lancer un satellite sur Falcon 9 coûte moitié moins cher que sur Ariane 5, selon Phil Smith, analyste à Bryce Tech.

Alunisseur

Ayant conquis le marché des lancements privés, SpaceX réclame une plus grande part du gâteau des lancements publics et militaires. Encore financée par la NASA, elle sera la première société privée à lancer des astronautes, cette semaine, sa capsule Crew Dragon ayant été, malgré quelques années de retard, prête avant la Starliner de Boeing. Elon Musk veut construire le prochain alunisseur de la Nasa.

Les grands industriels reprochent à l’entreprise son «arrogance», «mais la vraie raison est que SpaceX menace leur modèle économique et leurs revenus», dit à l’AFP Lori Garver, ancienne numéro deux de l’agence spatiale américaine.

Aujourd'hui, c’est Gwynne Shotwell qui fait la leçon à ses concurrents. «Il faut en passer par ces leçons difficiles», a-t-elle dit récemment, se remémorant les mille problèmes des débuts. «Parfois, l’industrie aérospatiale a eu du mal à accepter l’échec en phase de développement».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • kamasutra57 le 26.05.2020 08:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi j enmene ma femme au 7 ciel 3 fois par semaine et j en fait pas tout un plat

  • Robert Canapeche le 26.05.2020 23:29 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je regarde ce type, milliardaire ou pas, je vois un dépressif. Il veut tellement changer de planète qu'il va finir par creuser sa tombe. Le mec, il ne dort plus et se bouffe les ongles à force de vouloir révolutionner le monde. Allez, monte dans ta Tesla et bon voyage; moi je préfère aller pêcher au lac, tranquillement. Quelle affaire ce Musk.

  • Astronaute des Champs le 26.05.2020 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    Un jour, on va se réveiller et on lira dans le journal: Elon Musk mort dans sa capsule d'expedition. La capsule fut retrouvée par un Bushmen au Zimbabwe. À force de vouloir voler trop haut, tu finis par te clouer la tête au sol.

Les derniers commentaires

  • Astronaute des Champs le 26.05.2020 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    Un jour, on va se réveiller et on lira dans le journal: Elon Musk mort dans sa capsule d'expedition. La capsule fut retrouvée par un Bushmen au Zimbabwe. À force de vouloir voler trop haut, tu finis par te clouer la tête au sol.

  • Robert Canapeche le 26.05.2020 23:29 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je regarde ce type, milliardaire ou pas, je vois un dépressif. Il veut tellement changer de planète qu'il va finir par creuser sa tombe. Le mec, il ne dort plus et se bouffe les ongles à force de vouloir révolutionner le monde. Allez, monte dans ta Tesla et bon voyage; moi je préfère aller pêcher au lac, tranquillement. Quelle affaire ce Musk.

  • Winman le 26.05.2020 14:43 Report dénoncer ce commentaire

    J’aime ce mec . Un visionnaire.

  • kamasutra57 le 26.05.2020 08:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi j enmene ma femme au 7 ciel 3 fois par semaine et j en fait pas tout un plat

    • HomoErrected le 26.05.2020 12:42 Report dénoncer ce commentaire

      moi aussi j'ai une sacrée fusée!!