États-Unis

27 février 2021 09:14; Act: 27.02.2021 09:19 Print

Faudra-​​t-​​il bientôt ajouter un zéro au prix du lait?

Si l’économie américaine devrait repartir progressivement à partir du printemps, cette dynamique retrouvée pourrait faire grimper les prix.

storybild

Un marché à Washington, le 21 février 2021. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La bonne nouvelle: l’économie américaine se prépare à des mois d’euphorie dès le printemps, quand une large partie de la population aura été vaccinée. La mauvaise nouvelle: cette dynamique retrouvée de l’activité économique pourrait faire grimper les prix. Certains économistes et les marchés redoutent un retour de l’inflation, bête noire des années 70 aux Etats-Unis.

Pourquoi s’attend-on à une hausse des prix?

Il s’agit d’une combinaison de plusieurs facteurs, qui devraient former un cocktail explosif. L’économie va repartir progressivement à partir du printemps, grâce à la campagne de vaccination, et parce qu’une partie des Américains – les plus aisés – a beaucoup d’argent à dépenser. Depuis un an en effet, ils ont peu voyagé, peu dîné au restaurant, peu fréquenté les bars ou les salles de sport, ce qui leur a permis de faire des économies.

Le gouvernement fédéral américain a de son côté distribué des milliers de milliards de dollars d’argent public, sous forme notamment de chèques envoyés aux ménages, ou d’allocations chômage plus généreuses. Le taux d’épargne aux États-Unis, qui tournait autour des 7-8% avant la crise, est désormais de 20,5%.

L’étincelle devrait être, selon les économistes, le nouveau plan de relance voulu par Joe Biden. Ces 1 900 milliards de dollars vont faire encore gonfler l’épargne des ménages, qui seront alors prêts à dégainer billets verts et carte bancaire dès qu’ils pourront sortir de nouveau en toute sécurité.

Face à ces consommateurs aux poches pleines, il n’est pas sûr que l’offre soit suffisante pour satisfaire la demande. Il y aurait donc une surchauffe de l’économie. Conséquence: les prix pourraient grimper de façon substantielle. Certains secteurs sont déjà sous tension, comme l’automobile confronté en plus à une pénurie mondiale de puces électroniques empêchant les usines de tourner à plein régime.

Quel impact de l’inflation?

Si cette possible hausse des prix était trop élevée et perdurait, les ménages risquent de perdre une part importante de leur pouvoir d'achat. «Ce que l’on craint, c’est une spirale inflationniste», dans laquelle «on consomme aujourd’hui par peur que les prix augmentent demain», décrit Gregory Daco, analyste pour Oxford Economics.

Un cercle vicieux, donc, dans lequel l’inflation s’auto-alimente et devient hors de contrôle.

Que peut-on faire?

La principale réponse serait «entièrement dans le camp de la Fed», la Banque centrale américaine, explique Gregory Daco. La puissante Banque centrale devrait mettre fin à sa politique de soutien à l’économie mise en place au moment où la pandémie l'a paralysée.

D’un côté, elle va devoir cesser d’inonder les marchés de liquidités via des rachats d’actifs. Et va devoir relever ses taux directeurs, actuellement quasi nuls. Ces taux ont une influence sur différents crédits et prêts accordés par les banques commerciales aux particuliers et aux entreprises. Un relèvement des taux est de nature à freiner la consommation, qui représente à elle seule deux-tiers du PIB américain.

La Fed est-elle prête à agir? Jerome Powell, son président, a répété cette semaine que l’institution allait maintenir son soutien à l’économie parce que le marché du travail est encore loin de se rétablir. Il martèle que le véritable taux du chômage est à 10% quand on prend en compte les chômeurs qui ont arrêté de chercher un emploi, bien supérieur au taux officiel de 6,3%.

Les prix vont certes augmenter pendant plusieurs mois, mais «c’est une chose différente de l’inflation élevée persistante, que nous ne nous attendons pas à voir», a-t-il déclaré mercredi dernier devant des parlementaires. On aura donc selon lui une hausse des prix, c’est certain, mais pas l’inflation galopante et hors de contrôle qu’a connu le pays dans les années 70 après le choc pétrolier.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le lait c'est bon le 27.02.2021 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quoi ce faux lobby anti-lait dans les coms. Alors on va vous expliquer : le lait se boit depuis la nuit des temps, y a même pas débat sur ce point, et on s'en porte bien. Ensuite c'est l'aliment parfait : liquide, gouteux, déshydratant, nourrissant, mais surtout peu sucré et gras, et riche en calcium. Calcium qui est nécessaire pour vos os et vos dents, et qu'il est bien difficile de trouver ailleurs en quantité. Alors un peu de rigueur plus que de mode. Le lait c'est bon, nos ancêtres le savait déjà et parlaient du fameux "pays où coulent le lait et le miel".

  • Antho le 27.02.2021 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    Y’en a encore qui consomme du lait de vache en 2021 ? Lol ...

  • luxo le 28.02.2021 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable qu’il y a encore en 2021 des personnes qui pensent que le calcium du lait est indispensable pour avoir de belles dents et des os solides ! Alors que c’est le contraire. Ce sont les mangeurs de lait qui souffrent d’ostéoporose. La vache qui ne mange que de l’herbe a bien des os solides et n’a pas de carence en protéines.

Les derniers commentaires

  • luxo le 28.02.2021 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable qu’il y a encore en 2021 des personnes qui pensent que le calcium du lait est indispensable pour avoir de belles dents et des os solides ! Alors que c’est le contraire. Ce sont les mangeurs de lait qui souffrent d’ostéoporose. La vache qui ne mange que de l’herbe a bien des os solides et n’a pas de carence en protéines.

  • Doe le 28.02.2021 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je m’en fiche, j’achèterai une vache.

  • Gros Quick le 28.02.2021 09:06 Report dénoncer ce commentaire

    Hé nenni hein, si le lait coûte 10 fois plus cher, je ne pourrai plus boire mon Nesquick

  • roulebouboule le 27.02.2021 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sa commence bien avec biden le peuple américain va morfler avec ce fossile

  • Le lait c'est bon le 27.02.2021 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quoi ce faux lobby anti-lait dans les coms. Alors on va vous expliquer : le lait se boit depuis la nuit des temps, y a même pas débat sur ce point, et on s'en porte bien. Ensuite c'est l'aliment parfait : liquide, gouteux, déshydratant, nourrissant, mais surtout peu sucré et gras, et riche en calcium. Calcium qui est nécessaire pour vos os et vos dents, et qu'il est bien difficile de trouver ailleurs en quantité. Alors un peu de rigueur plus que de mode. Le lait c'est bon, nos ancêtres le savait déjà et parlaient du fameux "pays où coulent le lait et le miel".

    • Destruction Volontaire le 27.02.2021 17:40 Report dénoncer ce commentaire

      Les prix de l'essence ne cesse plus d'augmenter...bientôt les transporteurs ne pourronnt plus rouler...pas de tranporteurs pas de marchandise...les prix des aliments explosent !!! Commencez a faire des reserves je vous dis !!!

    • NialaV le 28.02.2021 09:08 Report dénoncer ce commentaire

      Les gens sont bêtes, ils répètent ce que certains leurs disent. Si c’est répété deux fois, alors ils pensent que c’est vrai. Vive le lait !