Pêche de la coquille Saint-Jacques

12 septembre 2018 18:39; Act: 12.09.2018 19:10 Print

Français et Britanniques sont en désaccord

Les pêcheurs français ont mis fin aux négociations avec leurs homologues britanniques au sujet de la pêche de la coquille Saint-Jacques en baie de Seine.

storybild

La pêche de la coquille Saint-Jacques en baie de Seine, à l'origine d'affrontements en mer entre pêcheurs français et britanniques.

Une faute?

Les pêcheurs français ont annoncé mercredi la «fin de partie» et l'échec des négociations avec leurs homologues britanniques au sujet de la pêche de la coquille Saint-Jacques en baie de Seine, à l'origine d'affrontements en mer.

«C'est la fin de partie, on leur a fait une proposition hier soir qui nous semblait déjà plus plus qu'honnête, c'était la proposition qu'on leur avait faite vendredi. On leur avait dit: "jusqu'à midi, on veut une réponse"», a déclaré à l'AFP Hubert Carré, responsable du comité national des pêches. «C'est une position unanime de tous les représentants de professionnels. Maintenant, c'est terminé, on ne se rassoit pas à une table des négociations», a ajouté M. Carré, selon qui les Britanniques n'ont pas répondu «parce qu'ils ont considéré que c'était un coup de bluff». Cette rupture des négociations rend caduc l'accord trouvé à Londres pour les bateaux de plus de 15 mètres, a précisé M. Carré.

Altercations

Concernant les bateaux de moins de 15 mètres, principale pomme de discorde entre les deux rives de la Manche, les pêcheurs français avaient proposé, en dédommagement de l'impossibilité de pêcher la coquille Saint-Jacques jusqu'à une certaine date, la possibilité de capturer 50 tonnes de cabillaud et 25 tonnes de soles, dans différentes zones, a indiqué Hubert Carré. «C'est tout un modèle de gestion vertueux qui est remis en cause par l'attitude inflexible de nos collègues anglais vis-à-vis d'une ressource partagée», estime le comité national des pêches mercredi soir dans un communiqué.

Les pêcheurs normands, qui n'ont le droit de pêcher la coquille que du 1er octobre au 15 mai, pour tenter de préserver la ressource, demandaient aux Britanniques, dont la pêche n'est pas réglementée dans le temps, de respecter le même calendrier au large des côtes françaises. Des altercations ont éclaté en mer la semaine dernière quand une trentaine de navires français ont essayé d'empêcher cinq navires britanniques de pêcher le précieux mollusque, nouvel épisode d'une guerre au long cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.