Mégafusion

28 avril 2014 15:06; Act: 29.04.2014 12:31 Print

Fusion à 100 milliards de dollars dans la pharmacie

En pleine fièvre des fusions dans la pharmacie, le géant américain Pfizer veut mettre la main sur son concurrent britannique AstraZeneca, avec une offre de près de 100 milliards de dollars.

storybild

Pfizer offre 100 milliards de dollars pour mettre la main sur les brevets d'AstraZeneca. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Après des jours de spéculations, le numéro un mondial a confirmé noir sur blanc lundi matin qu'il voulait racheter le britannique et l'avait approché de nouveau samedi après le rejet d'une première offre en janvier. Si une offre de Pfizer à près de 100 milliards de dollars se concrétisait, elle serait la plus grosse fusion jamais réalisée dans le secteur. Conformément au code boursier britannique, le géant américain devra indiquer au plus tard le 26 mai à 16H00 (heure de Luxembourg) s'il compte faire une offre formelle.

Dans son communiqué, Pfizer indique avoir soumis le 5 janvier à AstraZeneca une offre indicative de 46,61 livres (56,59 euros) par titre, soit la bagatelle d'environ 58,8 milliards de livres (71,4 milliards d'euros, 98,7 milliards de dollars). Une offre qui «sous-évaluait significativement AstraZeneca», a répondu dans un communiqué le britannique, qui avait rejeté cette proposition à l'époque après des discussions restées secrètes jusqu'aux premières fuites il y a un peu plus d'une semaine.

Revenant à la charge samedi, Pfizer s'est de nouveau heurté à la réticence du britannique. AstraZeneca juge en effet qu'il n'était «pas approprié» d'entamer de nouvelles discussions en l'absence d'offre «spécifique et attractive» alors que l'américain lui demandait de publier un communiqué commun lundi matin pour annoncer l'ouverture de négociations. Le britannique affirme en outre être très bien tout seul et affiche sa confiance dans la mise en œuvre de sa stratégie en tant que «groupe indépendant».

Cette réponse du britannique ne refroidissait toutefois pas le marché et ce lundi matin, le titre AstraZeneca s'envolait toujours de 15,41% à 4.708,8 pence, dans un marché en hausse de 0,25%. Le patron d'AstraZeneca, le Français Pascal Soriot, avait déjà clairement affiché jeudi sa perplexité face aux «grandes fusions-acquisitions (...) souvent très perturbantes». Pour Joshua Raymond de City Index, la «motivation» de Pfizer, qui est dans une démarché «hostile», est de «tenter de créer des frictions» au sein d'AstraZeneca afin de forcer le groupe à négocier. Comme en janvier, Pfizer, qui assure vouloir la recommandation «unanime» du conseil d'administration d'AstraZeneca, envisage de faire une offre en actions et en numéraire comprenant une «prime significative».

«La combinaison de Pfizer et d'AstraZeneca pourrait accroître encore la capacité à créer de la valeur pour les actionnaires des deux groupes et amener un portefeuille étendu de traitements importants aux patients», a déclaré le PDG de Pfizer, Ian Read. Si la fusion se concrétisait, le siège du nouvel ensemble serait à New York mais il serait coté à la Bourse de Londres.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Franco le 28.04.2014 21:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le marché de la Phamacie est une montagne d'argent destiné au "professionnel de la santé" tout comme au Professionnel de la finance.....

Les derniers commentaires

  • Franco le 28.04.2014 21:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le marché de la Phamacie est une montagne d'argent destiné au "professionnel de la santé" tout comme au Professionnel de la finance.....

    • Coeur révélateur le 29.04.2014 18:13 Report dénoncer ce commentaire

      Ces fusions monstres de la pharma sont à interdire. Leur poids économique ne permet plus de croire aux avis d'organes de santé.(OMS) Le marché a besoin de croissance, vendre des mio.de vaccins (Virus H1N1) et de thérapies du Sida englobant de plus en plus de maladies. De pseudo-fondations caritatives (Rockefeller, Gates) font le jeu de la bourse, et une propagande monstre tel le Télévie exploite le cancer d'enfants pour financer leurs labos à travers des dons. Et au fin fond afghan, Rockefeller expérimente sur OGM et ADN, ou de créer un virus dont il a déjà le vaccin prêt à produire.