Défense

10 juin 2019 12:06; Act: 10.06.2019 12:11 Print

Fusion entre Raytheon et United Technologies

Les américains Raytheon et United Technologies ont annoncé dimanche un accord de fusion pour créer un géant de l'aéronautique et de la défense.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

Les poids lourds de l'industrie américaine de l'aéronautique et de la défense Raytheon et United Technologies ont annoncé dimanche un accord de fusion qui va créer l'un des plus grands groupes mondiaux de ces secteurs. La fusion par échange d'actions devrait être finalisée au premier semestre 2020, ont indiqué les deux groupes dans un communiqué commun. La nouvelle entité, qui rassemblera des portefeuilles très complémentaires des deux entreprises aussi bien dans le secteur aéronautique que de la défense, s'appellera Raytheon Technologies Corporation, ont précisé les deux groupes. Le nouvel ensemble aura un chiffre d'affaires combiné de quelque 74 milliards de dollars en 2019.

«Le mariage de United Technologies et de Raytheon va définir l'avenir de l'aérospatiale et de la défense», a promis Gregory Hayes, le patron de united Technologies, qui dirigera également le nouvel ensemble. Tom Kennedy, le patron de Rayheon, sera président du conseil d'administration du groupe pendant deux ans quand M. Hayes prendra le relais. Les actionnaires de Raytheon recevront 2,3348 actions United Technologies pour chacun de leur titre. Une fois la transaction achevée, les actionnaires de UTC détiendront 57% de la nouvelles entité et ceux de Raytheon les 43% restant, précise le communiqué.

Raytheon, ce sont notamment les missiles anti-missiles Patriot, devenus célèbres pendant la première guerre du Golfe, ou encore les missiles de croisière Tomahawk, dont les images spectaculaires du lancement la nuit d'un navire de l'US Navy marquent souvent le début d'un conflit.

United Technologies fait lui partie de l'aristocratie de l'aéronautique avec ses moteurs Pratt and Whitney, civils ou militaires (ils équipent notamment l'avion de combat multirôle F-35, considéré comme l'un des plus avancés au monde). Parallèlement, United Technologies va poursuivre --et compléter au premier semestre de 2020-- son opération de séparation de ses activités dans les ascenseurs (Otis) et les systèmes de réfrigération et de climatisation Carrier, qui retrouveront leur indépendance.

Métamorphose UTC

Cette fusion marquera donc d'un point final le démantèlement du conglomérat United Technologies, aux métiers très divers mais aux marques emblématiques, chacune placée dans les premiers mondiaux de sa spécialité. Ce modèle d'entreprise, très en vogue jusqu'à il y a quelques années, est aujourd'hui considéré comme dépassé.

Cette opération de séparation, sur laquelle travaillent 500 personnes, devrait être prête à la fin de l'année, avait indiqué UTC lors de la présentation de ses résultats du 1er trimestre en avril. C'est Gregory Hayes qui a entrepris cette profonde transformation d'un des plus grands noms de l'industrie américaine aussi prestigieux que le fut General Electric. M. Hayes dirige UTC depuis l'automne 2016 et il a notamment supervisé le rachat de Rockwell Collins pour quelque 23 milliards de dollars, un autre grand nom du secteur américain de la défense et de l'aéronautique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.