Royaume-Uni

25 janvier 2016 13:17; Act: 25.01.2016 16:40 Print

Google payera 171 millions d'euros d'impôts

La firme américaine avait accumulé dix ans d'arriérés fiscaux, selon une enquête.

storybild

Le siège de Google à Mountain View (États-Unis).

Sur ce sujet
Une faute?

Google, désormais filiale du groupe Alphabet, a annoncé vendredi avoir conclu un accord avec le fisc britannique. Le texte prévoit le paiement de 130 millions de livres (171 millions d'euros) d'arriérés, couvrant les dix dernières années. Des spécialistes des questions fiscales ont rapidement dénoncé un «traitement de faveur» accordé à Google en raison de la faiblesse, à leurs yeux, du montant versé par la multinationale américaine au regard de ses revenus.

Le fisc britannique a mené pendant plusieurs années une enquête pour tenter de déterminer si Google contournait le régime fiscal en vigueur au Royaume-Uni en comptabilisant ses profits en Irlande, où se trouve le siège de sa branche européenne.

Mise au point

Le groupe américain est plus largement soupçonné de faire transiter les profits de ses activités en Europe par l'Irlande pour les acheminer vers les Bermudes, où il ne paie aucun impôt dessus. Google a déclaré vendredi que le fisc britannique contestait le montant des impôts versés depuis 2005 mais avait accepté de solder le litige en échange de 130 millions de livres. Un accord a aussi été conclu sur la méthode de calcul des impôts de Google au Royaume-Uni à l'avenir.

«La taxation des entreprises multinationales fait l'objet de débats depuis des années et le système fiscal international évolue en conséquence. Ce règlement reflète cette évolution», a déclaré un porte-parole du groupe américain dans un communiqué.

L'accord, un «désastre»

Le ministère britannique des Finances a salué cet accord. «C'est la première victoire importante dans la campagne conduite par le gouvernement pour garantir que les entreprises paient leur juste part d'impôt sur les bénéfices réalisés au Royaume-Uni et c'est un succès pour notre nouvelle législation fiscale», a dit une porte-parole du ministère. Prems Sikka, professeur de comptabilité à l'université d'Essex, a au contraire qualifié cet accord de «traitement de faveur».

Évoquant un chiffre d'affaires d'environ 24 milliards de livres et des marges de 30% au Royaume-Uni sur la période concernée, Prems Sikka estime que le taux d'imposition réel induit par cet accord est infime pour Google, inférieur à 5%. «C'est un chiffre médiocre et nous devons en savoir plus», a-t-il dit.

Richard Murphy, spécialiste des questions fiscales ayant conseillé Jeremy Corbyn, chef de file de l'opposition travailliste, a qualifié l'accord de «désastre». Selon lui, «ils auraient dû payer 200 millions de livres par an».

Reflet des activités

De 2005 à 2013, Google a enregistré au Royaume-Uni un chiffre d'affaires de 17 milliards de livres et sa principale filiale dans le pays a comptabilisé des impôts de 52 millions de livres. En 2014, ses ventes au Royaume-Uni se sont élevées à environ quatre milliards de livres, selon son rapport annuel, mais le groupe n'a pas encore publié son imposition dans le pays cette année-là.

Le fisc britannique a mené pendant plusieurs années une enquête pour tenter de déterminer si Google contournait le régime fiscal en vigueur au Royaume-Uni en comptabilisant ses profits en Irlande, où se trouve le siège de sa branche européenne. «Nous allons désormais payer des impôts sur la base du chiffre d'affaires réalisé avec les annonceurs basés au Royaume-Uni, qui reflète le montant et l'étendue de nos activités britanniques», a déclaré un porte-parole du groupe américain.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Haas kourosh le 25.01.2016 14:01 Report dénoncer ce commentaire

    Google Dirige le monde donc il pays pour soi meme. Non?!

Les derniers commentaires

  • Haas kourosh le 25.01.2016 14:01 Report dénoncer ce commentaire

    Google Dirige le monde donc il pays pour soi meme. Non?!