Presse

15 février 2020 12:06; Act: 15.02.2020 12:10 Print

Google se fait de l'argent sur le dos des médias

Les médias du monde entier se plaignent que le géant californien tire des bénéfices indus de leurs informations. Une négociation vient d'être entamée.

storybild

Google a indiqué vendredi chercher des façons nouvelles d'aider les éditeurs. (Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Google a entamé des négociations pour arriver à des accords de licence avec des éditeurs de presse. Et ce afin d'atténuer les critiques qui accusent le géant californien de tirer des bénéfices indus de leurs informations, selon des sources proches des discussions. Les négociations entre le moteur de recherche et des organes de presse ne font que commencer. Les éditeurs concernés sont pour la plupart en France et dans d'autres pays européens, d'après ces sources.

Payer pour des informations serait un revirement pour le géant de la Silicon Valley, très critiqué par les médias ces dernières années pour afficher leur contenu dans les résultats de recherches - et engranger les revenus publicitaires qui leur sont associés - sans contrepartie. Contacté par l'AFP, Google a indiqué vendredi chercher des façons nouvelles d'aider les éditeurs.

«Nous voulons aider les gens à trouver du journalisme de qualité - c'est important pour une démocratie bien informée et cela aide à soutenir un monde des médias durable», a déclaré Richard Gingras, vice-président de Google pour l'information, dans un communiqué.

Question de rémunération

Selon le Wall Street Journal, Google réfléchit à des accords pour développer des informations «premium». Google a toujours refusé de payer pour les liens vers des articles qui apparaissent dans les résultats de recherches, et n'a pas changé de position sur ce point, ont indiqué des sources au courant du dossier.

La firme californienne fait valoir qu'elle génère du trafic vers les sites d'information, et aide ainsi leurs éditeurs à engranger des recettes publicitaires. Via son programme Google News Initiative, le géant travaille déjà avec des éditeurs pour stimuler leur audience et leurs abonnés payants.

Confronté à des critiques similaires, Facebook a lancé en octobre un fil d'actualités dédié au journalisme «de qualité», afin de soutenir la presse et d'endiguer le flot de désinformation. Le président de Facebook, Mark Zuckerberg, avait alors indiqué que certains médias partenaires de cette opération seraient rémunérés, mais sans préciser combien ni selon quelles formules.

Utilisation de contenu

Les négociations lancées par Google interviennent alors que le géant de la tech est sous pression pour respecter une directive européenne qui a créé un «droit voisin», similaire au droit d'auteur, au bénéfice des éditeurs et agences de presse. Google a indiqué l'an dernier qu'il ne paierait pas les médias européens pour l'utilisation de leurs articles, images ou vidéos en France, premier pays à ratifier la directive. Ce qui ouvre la porte à une action en justice contre le géant.

Pour se mettre en conformité avec la loi française, il a imposé de nouvelles règles: les sites d'infos doivent accepter que le moteur de recherche utilise gratuitement des extraits de leurs infos dans ses résultats. Plusieurs organisations de presse dont l'AFP ont déposé plainte contre Google sur la question du «droit voisin» auprès de l'Autorité de la concurrence. Cette dernière pourrait rendre sa décision en mars.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • aMRc le 16.02.2020 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Demander à Google de payer pour les liens, c'est comme demander aux taxis de payer pour pouvoir amener des gens aux restaurants. J'espère que Google fera comme en Espagne: fermeture de Google News dans tous les pays qui veulent caser le fonctionnement d'Internet.

  • Motmot le 16.02.2020 01:43 Report dénoncer ce commentaire

    Comme dit précédemment, le seul système d'entrée d'argent pour l'europe (et /ou certains pays bien désignés), c'est de taxer à tout va, la seule manière de ramasser encore plus d'argent pour ses pays et institutions horriblement coûteuses, le tout sans rien faire, sans innover, sans créer (et surtout sans créer le mojndre emploi, plutôt les détruire), .... Ne croyez-pas que vous aurez le moindre cent en moins de vos impôts si Google ou autre se faisait taxer. Tout partirait bien sûr dans les poches de on ne sait qui (enfin si qq personnes très hautement placées et c'est tout)...

  • entre guillemets le 16.02.2020 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel Scoop....google a pris le pouvoir et la vieille presse n a rien vu venir sur la digitalisation ....

Les derniers commentaires

  • aMRc le 16.02.2020 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Demander à Google de payer pour les liens, c'est comme demander aux taxis de payer pour pouvoir amener des gens aux restaurants. J'espère que Google fera comme en Espagne: fermeture de Google News dans tous les pays qui veulent caser le fonctionnement d'Internet.

  • entre guillemets le 16.02.2020 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel Scoop....google a pris le pouvoir et la vieille presse n a rien vu venir sur la digitalisation ....

  • Motmot le 16.02.2020 01:43 Report dénoncer ce commentaire

    Comme dit précédemment, le seul système d'entrée d'argent pour l'europe (et /ou certains pays bien désignés), c'est de taxer à tout va, la seule manière de ramasser encore plus d'argent pour ses pays et institutions horriblement coûteuses, le tout sans rien faire, sans innover, sans créer (et surtout sans créer le mojndre emploi, plutôt les détruire), .... Ne croyez-pas que vous aurez le moindre cent en moins de vos impôts si Google ou autre se faisait taxer. Tout partirait bien sûr dans les poches de on ne sait qui (enfin si qq personnes très hautement placées et c'est tout)...