Conflit commercial

29 juin 2020 14:51; Act: 29.06.2020 15:29 Print

Guerre des frites entre la Belgique et la Colombie

La Colombie impose des droits de douane sur les frites surgelées venant de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas. L'OMC est obligée d'intervenir.

storybild

Le litige porte sur les droits de douane antidumping imposés par la Colombie sur les frites surgelées en provenance de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'UE a obtenu lundi que l'Organisation mondiale du commerce (OMC) constitue un groupe d'experts pour arbitrer le conflit commercial avec la Colombie à propos des droits de douane imposés aux frites belges, allemandes et néerlandaises. «Les membres de l'OMC ont accepté une deuxième demande de l'Union européenne visant à établir un groupe spécial pour statuer sur les droits antidumping de la Colombie sur les frites congelées en provenance de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas», a indiqué un responsable de l'OMC.

Bruxelles avait déjà formulé une première demande de panel à la mi-février, mais cette demande avait été refusée par Bogota. Selon les règles de l'OMC, la deuxième demande de panel est, en pratique, automatiquement acceptée. Le litige porte sur les droits de douane antidumping imposés par la Colombie sur les frites surgelées en provenance de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas. Ces mesures, annoncées par Bogota en novembre 2018, sont selon l'Union européenne complètement injustifiées et nuisent aux entreprises européennes.

Les mesures antidumping sont autorisées par l'OMC, mais uniquement à certaines conditions et sont souvent l'objet de contestation des pays.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 30.06.2020 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème est que les agriculteurs Belges, Allemands et des Pays Bas reçoivent trop de subventions pour concurrencer les paysans des pays du Sud. Et pour les nôtres c'est encore pire. Il serait temps de couper toutes les aides de l'état a ceux qui polluent les cours d'eaux et détruisent l'environnement pour ensuite exporter à bas prix leurs productions.

  • grain de sel le 29.06.2020 15:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si la Colombie ne veut pas des frites EU, elle doit avoir le droit de les refuser. il est temps que l'Europe soit compétitif et arrête de se plaindre. dans le cas similaire si nous ne voulons pas de produits des US ou asiatique rien ne devrait nous limposer. L'OMS est inutile.

  • Luxo le 30.06.2020 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est logique que la Colombie s'oppose à l'importation des frittes belges. Nous devrions aussi augmenter le droit de douane sur le café de Colombie, car nous pouvons le remplacer par la chicorée qui pousse trés bien au Luxembourg.

Les derniers commentaires

  • Luxo le 30.06.2020 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème est que les agriculteurs Belges, Allemands et des Pays Bas reçoivent trop de subventions pour concurrencer les paysans des pays du Sud. Et pour les nôtres c'est encore pire. Il serait temps de couper toutes les aides de l'état a ceux qui polluent les cours d'eaux et détruisent l'environnement pour ensuite exporter à bas prix leurs productions.

  • Luxo le 30.06.2020 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est logique que la Colombie s'oppose à l'importation des frittes belges. Nous devrions aussi augmenter le droit de douane sur le café de Colombie, car nous pouvons le remplacer par la chicorée qui pousse trés bien au Luxembourg.

  • Phil le 29.06.2020 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    Sérieusement, est-ce bien nécessaire de faire traverser l'atlantique à des frites surgelées ?? çà coûte un fric fou et ça pollue, tout çà pour des frites ! Le monde me dégoute, covid 19 n'a pas frappé assez fort, il faudrait qqch de beaucoup plus grave pour que les capitalistes prennent conscience qu'il faut respecter la terre

    • Evan Raelien le 30.06.2020 13:04 Report dénoncer ce commentaire

      Le prix devient le critère premier pour la majorité des échanges. Le Pérou est en Amérique latine le roi de la patate.. et c'est plus près. Cela permettrait aussi d'apporter un peu plus de rentrées aux paysans péruviens. de plus .. avec tout le territoire qu'ils ont.. y a de quoi en planter de la patate. Les ventes de la pdt belge ne profitent qu'aux producteurs et industriels belges. Et aux travailleurs du secteur. Supprimons l'argent et passons à la distribution gratuite selon les vrais besoins alimentaires de la population mondiale, nous produirions moins, mieux et sans gaspiller.

  • milou le 29.06.2020 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi je fais mes frites maison pas de droits de douane

  • grain de sel le 29.06.2020 15:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si la Colombie ne veut pas des frites EU, elle doit avoir le droit de les refuser. il est temps que l'Europe soit compétitif et arrête de se plaindre. dans le cas similaire si nous ne voulons pas de produits des US ou asiatique rien ne devrait nous limposer. L'OMS est inutile.