Emploi

16 juillet 2019 10:30; Act: 16.07.2019 12:42 Print

Ikea va fermer son unique usine américaine

Le géant de l'ameublement va rapatrier son seul site de production américain en Europe, en raison de coûts élevés.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

Le numéro un mondial de l'ameublement, Ikea, va fermer en décembre son unique usine américaine, située à Danville, dans l'État de Virginie, en raison de coûts de matériaux de base élevés. La production de ce site va être rapatriée en Europe, a ajouté le groupe suédois dans un communiqué daté du 10 juillet mais adressé aux médias lundi. Environ 300 personnes sont employées dans cette usine, ouverte en 2008 et qui fabrique des étagères de la série Kallax et des meubles de rangement Besta vendus aux États-Unis et au Canada.

«La structure des coûts de production à Danville est trop élevée, plus particulièrement quand il s'agit des matériaux de base, ce qui entraîne une tarification significativement plus importante que dans les autres unités Ikea fabriquant les produits similaires en Europe», explique la société. Par conséquent, «après une analyse approfondie, il a été décidé que les conditions n'étaient pas réunies pour continuer à produire à Danville», ajoute Ikea.

«Décision difficile»

«C'était une décision extrêmement difficile. Nous avons fait tout ce qui était possible pour améliorer et maintenir la compétitivité de cette usine, mais malheureusement les conditions de coûts ne sont pas idéales pour continuer à produire à Danville sur le long terme», a déclaré Bert Eades, le responsable du site. Il a assuré que l'entreprise ferait «tout ce qui est en son pouvoir» pour aider les salariés affectés à trouver un nouvel emploi ou à suivre une nouvelle formation.

L'annonce de la fermeture de cette usine, située dans un des États-clés pour la prochaine élection présidentielle américaine, pourrait susciter la colère du président Donald Trump, qui fait pression sur les groupes industriels pour qu'ils renoncent à leurs projets de fermeture de sites. Il est parvenu à convaincre la semaine dernière le groupe de défense Lockheed Martin à renoncer à fermer une usine de finitions pour les hélicoptères Sykorsky basée en Pennsylvanie, autre État important dans l'échiquier électoral américain.

(L'essentiel/afp)