Atteinte au secret bancaire

08 avril 2013 15:54; Act: 08.04.2013 17:22 Print

«Il faudra vivre avec les dégâts»

LUXEMBOURG - L’ABBL s’est dit déçue de l’annonce du ministre des Finances, Luc Frieden, de vouloir assouplir le secret bancaire.

storybild

Selon le directeur de l'ABBL, la place financière luxembourgeoise se remettra de l'assouplissement du secret bancaire. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Après l’annonce ce week-end du ministre des Finances, Luc Frieden de vouloir «renforcer la coopération avec les autorités fiscales étrangères», l’Association des banques et banquiers du Luxembourg (ABBL) a déclaré à DPA ce lundi qu’«il faudra vivre avec les dégâts». Pourtant le directeur de l’ABBL, Jean-Jacques Rommes, est convaincu que «la place financière luxembourgeoise s’en remettra». Une note de déception quand même: «Nous espérions que ça n'arriverait pas mais la tendance internationale s’est inversée».

La volonté du Luxembourg d'assouplir son secret bancaire afin de gagner en transparence n'est en soi rien de nouveau. M.Rommes a souligné que les 141 banques de 26 pays établies au Luxembourg avaient ces dernières années fait de nombreux efforts afin de s’assurer de l’honnêteté fiscale de leurs clients. Ainsi, il ne faudrait pas craindre «de retraits massifs de plusieurs milliards d’euros» des banques luxembourgeoises. Pourtant, l’échange d’information automatique avec les autorités fiscales internationales, notamment au niveau des intérêts perçus sur les revenus bancaires, dépasserait les lois nationales actuellement en vigueur.

Berlin a estimé lundi que la réunion informelle des ministres des Finances de l'Union européenne (Ecofin) prévue vendredi et samedi à Dublin serait «une belle opportunité» de discuter du thème de l'évasion fiscale. Pourtant, le porte-parole du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, reconnaît que c'est un processus «lent et laborieux, dans lequel il y a beaucoup d'intérêts différents en jeu».

(L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Pinocchio le 08.04.2013 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut vivre avec les dégats! Donc il y a dégats, les dégats il faut les réparer! Qui paye les réparations? La banque, l'UE, Frieden ou nous?

  • Realisator le 08.04.2013 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    Si ca pouvait soigner toutes les personnes qui ont la grosse tête dans la "Grande" Région ... Mouarfff ....

  • lucilinburhuc le 09.04.2013 07:40 Report dénoncer ce commentaire

    et vous croyez que tous ces gens avec des milliards d euros, vont retirer leur argent d une banque avec un bon taux d intérêt et de bons services, pour le mettre dans une banque de leur pays avec moins de services et de gains? faut pas rêver non plus !!!

Les derniers commentaires

  • pragma le 11.04.2013 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Prendre pour dieu. Il n est rien au regard des résultats médiocres depuis 10 ans. Une telle décision doit être soumise a débat puis a un référendum. Ignorez l avis du peuple sur un tel sujet est une insulte. Insulte rendue possible par l auto suffisance de juncker ...

  • Auditator le 10.04.2013 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui crachent dans la soupe (le justicier masqué pour ne citer que lui ...) ne connaissent apparemment le même Luxembourg que moi! Cela fait 12 ans que je travaille ici, et ce qui tient l'économie luxembourgeoise ce ne sont pas les pratiques à Papa consistant à venir cacher ses valises d'économie, même s'il y en a eu, mais il y en a moins. Ce qui tient le secteur financier luxembourgeois, ce sont les fonds d'investissement et tout ce qui tourne autours (agents administratifs, banques dépositaires, consultants, auditeurs, etc ...).

  • John Doe le 09.04.2013 16:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est que le début, après le secret bancaire aboli, ce sera au tour des sociétés off-shore, l'avantage fiscales des sociétés instaurés légalement, puis la pression sur l'harmonisation de la TVA, c'est ça une Europe et nous les Luxembourgeois en sommes co-fondateurs. On n'a qu'à s'en vouloir...

  • incompri le 09.04.2013 14:27 Report dénoncer ce commentaire

    ouvrons les yeux , le Luxembourg est dépuis un certain temps en train de laisser tomber quelques aspects de la finance mais il se reconverti (dans le numérique par exemple ) . Alors oui les comptables, les financiers et autres economistes vont en en chi... mais d'autre enploies vont se créer. C'est un transition pas la fin . Et puis le secret banquaire ne touche que quelques individus , les sociétés a gros capitaux ne l'utilise pas. Elle recherchent d'autres avantages qui eux ne sont pas remis en cause .

    • pirro le 10.04.2013 08:58 Report dénoncer ce commentaire

      voilà un commentaire sensé.

    • pragma le 11.04.2013 09:04 Report dénoncer ce commentaire

      Vous rêvez ... le numérique n est pas une alternative viable au pays a cause des salaires, ou alors des datacenters au pays mais administrés par des indous ... comme cela se passe de plus en plus.

  • Marc le 09.04.2013 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    bonjour les degats en terme d'emplois, pour tous les residents et frontaliers. et les specialistes financiers frontaliers francais ou belges de retour au bercail, il vont bosser ou, a florange chez arcelor, ou a arlon ?

    • idju le 09.04.2013 14:07 Report dénoncer ce commentaire

      on recrute dans le sociale :-)

    • Le secret bancaire le 09.04.2013 20:31 Report dénoncer ce commentaire

      Mais quel pays a commencé à vouloir détruire la finance Luxembourgeoise et son secret bancaire. Je crois qu'un certain Mr Sarkosy a lancé les hostilités mais il a oublié que des milliers de frontaliers Lorrain travaillent dans ce secteur. En plus on a une Europe à 27.... c'est ça le plus gros problème car il y a trop d'écarts de salaires envers certains pays et les 6 pays qui faisait la base de l'Europe ont été envahis par des gens qui croyaient y trouver de 'or et au final tout le monde se retrouve devant ce mot "chômage" qui détruit des familles.