Grande-Bretagne

16 décembre 2017 18:10; Act: 16.12.2017 18:18 Print

Ils produisent de la bière avec du pain invendu

Pour limiter le gaspillage de tonnes de pain invendu, une association britannique s'en sert pour produire de la bière. Le concept séduit.

storybild

Au Royaume-Uni, 9,75 tonnes de pain ont déjà été utilisées pour produire plus de 300.000 bières. (photo: Lindsey Parnaby)

Sur ce sujet

Au Royaume-Uni, une solution semble toute trouvée au gaspillage alimentaire. Des tonnes de pain finissent à la poubelle chaque année, faute d'être consommées. Une association produit une bière à partir d'invendus de pain et exporte ce concept à travers le monde.

Des dizaines de croûtons tombent dans une vaste cuve en inox de la brasserie Wold Top située près de Driffield, dans le Yorkshire (nord de l'Angleterre). Fraîchement produits, ils viennent directement d'une usine de sandwichs qui n'utilise que les tranches moelleuses et met de côté les extrémités du pain, peu prisées des consommateurs. Avant, celles-ci étaient jetées, aujourd'hui elles sont transformées.

Du pain à la place du malt

«Nous remplaçons une partie du malt par du pain», explique Alex Balchin, à la tête de la brasserie, qui fabrique depuis 2016 ce breuvage doré en ajoutant de l'eau, du houblon et des levures, pour le compte de Feedback, une association de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Cette bière baptisée «Toast ale» a vu le jour grâce à Tristram Stuart, le fondateur de Feedback. Il s'est inspiré des brasseurs bruxellois du «Brussels beer project» qui ont lancé la Babylone. «Ils m'ont expliqué que les anciens Babyloniens ont inventé la bière afin d'utiliser du pain et des grains qui, sinon, auraient été perdus. C'était l'objectif initial de la bière», il y a plusieurs milliers d'années, raconte ce Britannique de 40 ans.

- Comme les Babyloniens -

Aujourd'hui, «des quantités industrielles de pain sont jetées dans le monde et les associations d'aide alimentaire ne peuvent distribuer tout le pain qui leur est offert. En même temps, il y a cet engouement dans le monde pour les brasseries artisanales», constate M. Stuart.

«J'ai voulu créer une entreprise qui associe des fournisseurs et des brasseurs locaux, ainsi que des associations caritatives locales, pour faire de Toast ale une entreprise internationale qui transforme du pain parfaitement bon en bière encore meilleure», explique-t-il.

Tous les profits sont reversés à Feedback et les grains restant à l'issue du brassage sont recyclés et servent à l'alimentation du bétail.

«Ça a l'air de fonctionner»

La première bière «Toast» a été produite dans l'émission du célèbre chef britannique Jamie Oliver, qui l'a aussitôt goûtée et qualifiée de «bloomin' lovely» («super chouette»), devenu son surnom.

Aujourd'hui, le concept Toast se décline en quatre bières (deux Lagers, une Pale ale et une India Pale Ale) et a remporté plusieurs récompenses. Des partenariats ont été noués avec différentes brasseries qui élaborent leurs propres versions, comme Wiper and True à Bristol qui a créé la Bread Pudding, une bière ambrée dont le goût rappelle le célèbre gâteau anglais.

Les brasseurs de Wold Top ont «commencé avec du pain en tranches, blanc ou complet», raconte Alex Balchin. «Maintenant on expérimente d'autres choses, des pains au lait, des petits pains ronds... On a essayé toutes sortes de pain et jusqu'à présent, ça a l'air de fonctionner avec tout.»

9,75 tonnes de pain, 300 000 bières

Au Royaume-Uni, 9,75 tonnes de pain ont déjà été utilisées pour produire plus de 300 000 bières, vendues entre 2,5 et 3 livres la bouteille (entre 2,80 et 3,40 euros), un prix qui se situe dans la norme pour les bières artisanales.

C'est un petit pas pour l'environnement mais il reste beaucoup à faire pour réduire le problème du gaspillage alimentaire: près de la moitié (44%) du pain produit au Royaume-Uni finit à la poubelle, soit près de 900 000 tonnes chaque année. Le pain est le produit alimentaire le plus gaspillé dans le pays.

«Quand on regarde ce qui se passe dans le monde, c'est vraiment déprimant», commente Tristram Stuart. Mais «la solution à ce problème s'avère délicieuse», se réjouit-il. «Toast ale» a grandi très vite et a commencé à brasser à New York, à Rio et au Cap (Afrique du Sud).

Solution délicieuse

Une recette pour transformer le pain en bière a aussi été mise en ligne, afin que chacun puisse s'initier au brassage et contribuer à sa façon à la réduction des déchets. «Elle a déjà été téléchargée 16 000 fois, c'est vraiment utilisé par plein de gens», s'enthousiasme Tristram Stuart.

La prochaine étape ? Développer une licence, pour que n'importe quel brasseur dans le monde puisse produire la Toast ale en association avec des fournisseurs locaux d'invendus de pain. Mais avant toute chose, l'objectif de Feedback est de réduire la production massive de pain. Paradoxalement, «nous espérons mettre fin à nos activités», affirme Tristram Stuart. «Le jour où le pain ne sera plus jeté à la poubelle, Toast ale n'aura plus de raison d'être».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Henck le 18.12.2017 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    ce ne sont pas les premiers cela date de 2015 chez nos voisins du nord

Les derniers commentaires

  • Henck le 18.12.2017 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    ce ne sont pas les premiers cela date de 2015 chez nos voisins du nord