Jaguar

05 juillet 2018 10:05; Act: 05.07.2018 10:27 Print

Investissements menacés en cas de Brexit dur

Les investissements prévus par le constructeur d'automobiles Jaguar Land Rover au Royaume-Uni seront «menacés» si le Brexit entraîne des hausses des droits de douane.

storybild

Le constructeur emploie environ 40 000 personnes au Royaume-Uni. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«Nous et nos fournisseurs faisons face à un avenir imprévisible si les négociations du Brexit ne maintiennent pas des relations commerciales sans droits de douane et sans entrave avec l'UE et un accès sans restreinte au marché unique», s'est alarmé Ralf Speth, le directeur général de JLR, à la veille d'une réunion cruciale du gouvernement. Constitué de l'association de deux prestigieuses marques britanniques de voitures, le constructeur Jaguar Land Rover (JLR) appartient au groupe indien Tata Motors.

D'après M. Speth, «un mauvais accord sur le Brexit coûterait à JLR plus de 1,2 milliard de livres de bénéfice par an» (1,35 milliard d'euros). «Par conséquent, nous devrions drastiquement revoir notre plan de dépenses. Nous avons dépensé 50 milliards de livres au Royaume-Uni ces cinq dernières années et prévoyons de dépenser 80 milliards de plus lors des cinq prochaines», a compté le directeur général, ajoutant que «tout ceci serait menacé si nous devions faire face à un mauvais résultat» des négociations.

Le constructeur emploie environ 40 000 personnes au Royaume-Uni dont 10 000 à Solihull, près de Birmingham (centre de l'Angleterre), où il a dit début juin envisager un «investissement significatif» pour fabriquer de nouveaux modèles de voitures de sport. Dans le même temps, JLR avait toutefois annoncé aussi la délocalisation de la production de son 4x4 de loisirs (SUV) Discovery du Royaume-Uni vers la Slovaquie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • la taupe le 05.07.2018 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    Surtout qu'on ne baisse pas le pantalon devant les rosbifs, qu'ils les gardent leurs jaguars !

  • LiNh le 05.07.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi avoir peur maintenant ? on t'a déjà dit que c'était pour ton bien... mais enfin !

  • jag ouar le 05.07.2018 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ils n'ont qu'à construire des usines en Europe, point final.

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 05.07.2018 22:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le Brexit manipulé par la Russie est fait pour affaiblir et il ne faut pas tomber dans le piège, ils sortent de l'UE mais la vie continue et ils restes nos proches partenaires juste avec des règles différentes c'est tout !!!

  • MarcC le 05.07.2018 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas besoin de Jaguar ni de Rolls Royce et de leur porridge, nous avons mieux

  • jag ouar le 05.07.2018 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ils n'ont qu'à construire des usines en Europe, point final.

  • résident le 05.07.2018 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien dit la taupe!! ça me.fait marrer car y a des gens.qui encore mettent.en doute les effets néfastes du Brexit sur le UK. attendez et vous les verrez ces effets. à condition de ne pas se plier devant eux....

  • LiNh le 05.07.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi avoir peur maintenant ? on t'a déjà dit que c'était pour ton bien... mais enfin !