Développement économique

06 juin 2018 09:47; Act: 06.06.2018 11:55 Print

Israël mise sur son désert pour doper le tourisme

L'État hébreu veut développer son tourisme, notamment dans le désert de Néguev. Diverses mesures sont prises, notamment la construction d'infrastructures.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Les idéologues sionistes et David Ben Gourion, père fondateur de l'État d'Israël, voulaient faire fleurir le désert. Aujourd'hui Israël ambitionne de faire un fleuron touristique de ses vastes étendues dépeuplées. Vaste coin enfoncé entre le Sinaï égyptien et la Jordanie jusqu'à la mer Rouge, couvrant plus de la moitié de la surface du pays, le Néguev est aussi peu peuplé que le nord du pays est dense. Un capital qu'Israël compte bien faire fructifier en proposant aux touristes camping de luxe, hospitalité bédouine et activités de plein air comme le surf sur les dunes.

Pour relier ce nouvel eldorado au reste du monde, un nouvel aéroport international va surgir des sables à 18 km au nord de la station balnéaire d'Eilat et du port jordanien d'Aqaba. Le tourisme est un secteur en expansion en Israël: 2017 a été une année record avec 3,8 millions de visiteurs étrangers qui ont rapporté 5,8 milliards de dollars, selon le ministère du Tourisme. La plupart des touristes viennent des États-Unis, de Russie, de France, d'Allemagne ou de Grande-Bretagne.

Le ministère voudrait que, dans deux à trois ans, la part du désert du Néguev dans les revenus tirés du tourisme passe de 5% à 20%. Il compte plus que doubler le nombre de chambres d'hôtel dans la région, à 5 000 contre 2 000 aujourd'hui. «Lorsqu'il fait très froid en Europe, les températures sont douces dans le Néguev», assure Uri Sharon, du ministère du Tourisme. Le Néguev offre un site géologique unique, le cratère de Ramon. Quand la nuit tombe sur le cirque, les visiteurs peuvent se pencher sur un puissant télescope et observer les étoiles scintiller dans le ciel noir d'encre, débarrassé de la pollution lumineuse.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vincent le 06.06.2018 11:59 Report dénoncer ce commentaire

    Vraiment pas prêt à aller en Israël ... Qu'ils règlent d'abord leurs problèmes avec les palestiniens. Il y a suffisamment d'autres pays à visiter...

  • Grand Maître le 06.06.2018 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour voir quoi ? ?

  • gluon du trou le 06.06.2018 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas dans les hotels flambants neufs de leurs colonies sisjoraniennes ? Ca serait sympa aussi . Avec des excrtions en Pallestine pour aller voir a quoi ressemble un embargo digne de se nom. Ils n'ont pas la fibre commerciale dit donc .

Les derniers commentaires

  • Gisèle Maester le 06.06.2018 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Ils comptent organiser des safaris géants? Les sionnistes du monde entier vont pouvoir venir chasser le palestinien. Domage que Luxair refuse maintenant de transporter les trophées!

  • bourvil le 06.06.2018 13:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si cette partie des terres leur appartient, pourquoi ne pas construire leur colonies dessus, et rendre aux Palestiniens les terres qu ils leur ont volés ??

  • gluon du trou le 06.06.2018 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas dans les hotels flambants neufs de leurs colonies sisjoraniennes ? Ca serait sympa aussi . Avec des excrtions en Pallestine pour aller voir a quoi ressemble un embargo digne de se nom. Ils n'ont pas la fibre commerciale dit donc .

  • C'est reparti le 06.06.2018 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    Combien y ont mis les pieds? Combien connaissent l'histoire par autre chose que les journalistes (genre un livre d'Histoire par exemple...)? Vous comprendriez alors avec des faits historiques d'où vient le problème et pourquoi ce conflit ne se règlera pas. De même vous verriez alors que c'est un immense désert, et que personne n'en voulez à la base. Mais que les israéliens ont trouver la technique pour en faire quelque chose de viable et de développé, forcement cela attire... Vous verriez aussi que c'est un lieu rempli de culture et d'histoire, que le tourisme y est fort, surtout Eilat au sud.

    • No limit le 06.06.2018 17:34 Report dénoncer ce commentaire

      Si si l'histoire on la connait sauf que nos sources diffèrent.

  • une petite pensée le 06.06.2018 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai une pensée toute émue pour le peuple palestinien. Pour booster son tourisme dans le desert, Israël pourra emmener les touristes faire une excursion à Gaza pour prendre des photos plus vraies que nature de la souffrance humaine.