États-Unis

25 janvier 2021 11:53; Act: 25.01.2021 12:21 Print

Joe Biden veut renforcer le «Made in America»

Le nouveau président va signer, lundi, un décret qui donne la priorité aux entreprises et produits américains, afin de relancer la production nationale.

storybild

Le président américain fraîchement élu a signé un décret qui vise à relancer la production nationale et à préserver les emplois industriels. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Joe Biden reprend à son compte le «Made in America» cher à Donald Trump: le nouveau président va signer lundi, un décret donnant la priorité aux entreprises et aux produits américains dans les marchés passés avec l’État fédéral. Ce texte, ont indiqué de hauts responsables de la Maison-Blanche, vise à relancer la production nationale et à préserver les emplois industriels en augmentant «les investissements dans les industries manufacturières et dans les travailleurs, afin de reconstruire mieux».

Le nouveau décret doit permettre de réduire les possibilités de contourner les règles imposant à l’Administration fédérale d’acheter en priorité des produits fabriqués aux États-Unis. Joe Biden veut notamment limiter la manière dont les agences fédérales estampillent «Made in America» les produits qu’elles souhaitent acheter, afin de supprimer des vides juridiques exploités par des entreprises qui n’en fabriquent qu’une petite partie sur le territoire américain.

«America first»

Cette décision fait écho à celles de ses prédécesseurs et plus particulièrement à Donald Trump, qui avait incité, par décret, l’État fédéral à acheter davantage de produits américains et fait des droits de douane une arme contre les importations, avec des résultats inégaux.

Au lieu d’une guerre commerciale, Joe Biden privilégie, lui, un durcissement des règles du «Buy American» et veut utiliser la force de frappe d’achat du gouvernement fédéral. «Les dollars que le gouvernement fédéral dépense sont un outil puissant pour soutenir les travailleurs et les fabricants américains. Les marchés publics à eux seuls représentent près de 600 milliards de dollars de dépenses fédérales», a détaillé un responsable de l’administration.

Le Buy American Act de 1933, toujours en vigueur, oblige les agences fédérales à s’approvisionner prioritairement en biens produits sur le sol américain, «mais ces préférences n’ont pas toujours été mises en œuvre de manière cohérente ou efficace», selon l’administration.

Promesse électorale

Pendant la campagne électorale, Joe Biden avait promis de durcir le «Buy American» avec un plan à 400 milliards de dollars en faveur de projets utilisant des produits fabriqués aux États-Unis, notamment de l’acier ou des équipements de protection pour les personnels de santé luttant contre la pandémie de Covid-19.

Après sa victoire, il a affirmé que le gouvernement fédéral allait acheter des voitures et des stocks américains. Des entreprises ont toutefois déjà averti que des règles trop contraignantes risquaient de provoquer une envolée des coûts, ce qui compliquerait l’achat de pièces fabriquées hors des États-Unis.

L’approche Biden doit «changer fondamentalement la structure du processus des procédés du Buy American, afin de changer la définition même de ce qu’est un produit considéré comme fabriqué aux États-Unis, et de resserrer les possibilités d’exemptions. L’administration veut également que de nouvelles entreprises, y compris les petites, aient accès aux appels d’offres.

Équipe incomplète

Moins d’une semaine après son investiture, Joe Biden continue ainsi à déployer ses priorités à coups de décisions présidentielles alors même que son équipe gouvernementale n’est toujours pas en place. Si Lloyd Austin, le ministre de la Défense, a été confirmé vendredi, par le Sénat, les ministères clés, comme celui des Affaires étrangères, attendent toujours leurs responsables.

Le vote sur la confirmation de Janet Yellen, la future ministre de l’Économie et des Finances qui doit piloter les projets économiques, dont le plan de sauvetage de 1 900 milliards de dollars pour sortir le pays de la crise, est prévu ce lundi.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 25.01.2021 21:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plus nationalist que Trump, plus malhonnête et plus dangereux pour notre monde.

  • Unicorn le 25.01.2021 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Donc l'"America First" de Joe Biden est l'équivalent du "Make America Great Again" de Donald Trump. Tout ce cirque autour des élections pour au final ne rien changer.

  • roulebouboule le 25.01.2021 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de grâce l'essentiel ne nous bassinez plus avec ce biden

Les derniers commentaires

  • Phi le 25.01.2021 21:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plus nationalist que Trump, plus malhonnête et plus dangereux pour notre monde.

  • Justice le 25.01.2021 21:40 Report dénoncer ce commentaire

    Alors les médias progressistes on ne hurle pas au populisme et au nationalisme aujourd’hui ? Ha ben non Bidet c est comme Obamal, eux ils peuvent tout faire, les médias applaudissent toujours. Presse corrompue !

    • Lucas le 26.01.2021 11:17 Report dénoncer ce commentaire

      @Justice : Et surtout, le plus marrant c'est que l'un des 17 amendements de Trump qui ont été révoqué contenait la même chose... Ahhh les démocrates, en général et à travers l'histoire ce sont les mieux vue des médias mais les pires en comportements (voir origine du parti démocrate usa, il étaient très au sud, là où il y a du coton et très chapeau pointu... oui, suffit d'ouvrir un livre ou une recherche internet pour le voir)

  • Fake complotiste le 25.01.2021 21:11 Report dénoncer ce commentaire

    Quand c etait Trump, "America First" c etait mal... Maintenant c est Biden donc c est bien... Il faut bien apprendre ses lecons venant des medias, sans comprendre surtout... Non ils ne sont pas manipules...

  • coms le 25.01.2021 18:41 Report dénoncer ce commentaire

    hm que dire.. pendant 40 ans tout était trop cher donc tout soutraité en chine.. mnt retour. surtout eux qui détestent des communistes ils leur donnent tout leur fric... je dirai au US 80% de tout vient de chine..

  • ITA 2 le 25.01.2021 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hahaha avec Trump c'était vraiment America First mais avec Biden j'ai de gros doutes ... En même pas une semaine il a ses propres votants qui ont perdu leur emploi, le Texas et les Natifs Indiens, sur le dos !

    • @ ITA2 le 26.01.2021 08:22 Report dénoncer ce commentaire

      Ca va? vous réussirez à vous en remettre un jour, de la défaite de votre idole? peut-être espérez-vous son retour dans les prochaines semaines...